Novéquilibres : Vous le valez bien !

Novéquilibres : RHNovéquilibres : CommunicationNovéquilibres : Santé / Bien-vivreNovéquilibres : Environnement

Le mot « valeur » vient du latin « valor » dérivé de « valere » qui signifie être fort, puissant, vigoureux, et aussi être évalué. Qui n’a pas envie d’être fort et vigoureux plutôt que faible et sans énergie ? Puissant, ça ne va pas à tout le monde, c’est trop compliqué et il faut l’assumer ; évalué, pas top surtout dans le monde du travail. Puis tout cela dépend du sens donné au mot valeur, car selon ses déclinaisons il peut changer du tout au tout.

Valeur en tous sens

Le mot valeur a beaucoup de sens différents :

  • Les valeurs universelles d’une société déterminent son organisation et les changements qu’elle y apporte. Elles sont importantes pour la sociologie, la psychologie et même l’anthropologie, sans oublier la politique. A un moment précis les valeurs rassemblent les membres de l’organisation sur des grandes idées, des aspirations, des qualités communes.
  • Les valeurs humaines amènent à l’estime de celui qui en est pourvu, sur différents plans : moral, professionnel ou intellectuel, et sera dit de ce quelqu’un qu’il est de valeur. La personne est alors appréciée à sa juste valeur puisque sont pris en compte ses idéaux individuels.
  • La valeur économique qui peut évoluer, selon que le produit perd ou gagne de sa valeur. Tel objet ou tel bien peut doubler son prix ou ne plus rien valoir, et la société pousse à consommer de plus en plus, et à jeter ce qui est devenu sans valeur pour racheter soi disant mieux… Et l’humain qui ne vaut plus rien est malmené comme un objet sans valeur.
  • Il y a aussi les valeurs de la famille Addams, mais je n’en parle pas ici…

Valeur dans le mauvais sens

La pression de l’entreprise pour une toujours meilleure rentabilité, contraint à ne pas être toujours juste au niveau des valeurs.

  • La concurrence est telle que des salariés sont forcés de mentir à leurs clients pour vendre à tout prix, la confiance s’étiole, les relations se dégradent et c’est un cercle vicieux qui s’installe. Dans son livre « Mentir au travail », le psychologue du travail Duarte Rolo écrit :
    « Le mensonge prescrit écorne le sens du travail et mène potentiellement à la trahison du métier, voire de soi-même. »
  • La surcharge de travail pousse des salariés à mal le faire par manque de temps; ils ont l’impression de le bâcler et le vivent mal. La tâche vite faite/mal faite est le lot de beaucoup, et quand un dossier est donné à quelqu’un avec comme délai hier, c’est rude pour celui qui en est chargé. La conscience professionnelle en prend un coup…
  • Ceux qui ont expérimenté et développé un autre savoir-faire ont le sentiment de trahir leurs valeurs, en se laissant entrainer à jouer le jeu pour ne pas être largués, un jeu néfaste où la triche est souvent récompensée.

Valeur dans le bon sens

La souffrance éthique de celui qui ne se reconnait pas dans ce qu’il fait, parce qu’on lui impose de le faire contre ses valeurs, peut mener à une profonde lassitude, au mal être et à la dépression et même au suicide. C’est ce consentement tacite de participation à des actes opposés à ses valeurs qui oxyde profondément l’intégrité, amène à perdre la confiance en soi et l’estime de soi. Le contexte économique actuel stimule hélas ce genre de fonctionnement délétère.

Rien ne peut justifier de se perdre de vue, et la valeur existentielle (du latin ex et sistere « se tenir hors de », « sortir de, se manifester, se montrer ») donne du sens à la vie et à l’existence. Elle est un moteur pour agir de façon digne et responsable qui permet de prendre sa place, de vivre les relations dans le respect, la reconnaissance (nombreux sont les articles sur ce thème à voir sur ce site), l’écoute, l’échange, le partage, l’action juste et la coopération pour vivre ensemble une vie de qualité et une Qualité de Vie au Travail (QVT) digne de ce nom.
Vous le valez bien !

« Les valeurs du verbe être sont supérieures aux valeurs du verbe avoir »

François Bayrou
 

Photomontage utilisant un dessin de Marianne de Nayer

4 commentaires

Ecrire un commentaire»
  1. […] Le mot "valeur" vient du latin "valor" dérivé de "valere" qui signifie être fort, puissant, vigoureux, et aussi être évalué. Qui n'a pas envie d'être fort et  […]

  2. […] Valeurs. Vous le valez bien […]

  3. […] Vous le valez bien ! Le mot « valeur » vient du latin « valor » dérivé de « valere » qui signifie être fort, puissant, vigoureux, et aussi être évalué. Qui n’a pas envie d’être fort et vigoureux plutôt que faible et sans énergie ? Puissant, ça ne va pas à tout le monde, c’est trop compliqué et il faut l’assumer ; évalué, pas top surtout dans le monde du travail. Puis tout cela dépend du sens donné au mot valeur, car selon ses déclinaisons il peut changer du tout au tout. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *