Enjeux de QVT dans le monde associatif

Novéquilibres : Actualité en bref de la qualité de vie au travail
L’Anact (Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail) revient dans un article du 19 décembre 2016 sur sa participation au « Prix pour l’emploi de qualité » qui a eu lieu le 21 novembre dernier.

Ce prix est organisé par le Mouvement associatif en coopération avec le Fonds de Coopération de la Jeunesse et de l’Education Populaire (FONJEP), l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (UDES) et la mutuelle de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) CHORUM.

Nous notons dans cet article un aspect dont nous sommes convaincus qu’il est tout à fait déterminant : la considération de toutes les parties prenantes (administratrices-administrateurs, salariés et bénévoles) et la mise en place d’espaces pour qu’elles puissent s’exprimer et se comprendre mutuellement. Ce qui peut créer de l’attention réciproque, un des préalables à la coopération efficace en matière de QVT. Une façon de répondre à une logique de dichotomie souvent délétère en matière de santé psychique entre celles et ceux qui portent le projet « politique » et celles et ceux qui sont dans l’opérationnel.

On pourrait aussi ajouter en tant que partie prenante, les bénéficiaires qui ne sont pas forcément adhérents de l’association.

Nous en profitons pour rappeler notre conception large de la QVT (la QVT pour toutes et pour tous), à savoir de ne pas s’arrêter aux personnes ayant une activité rémunérée. Nous considérons que la QVT des bénévoles a tout son sens et que collectivement et inviduellement, leur QVT mérite d’être investie.

photo sous licence creative commons – auteur : Martin Deutsch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.