Novéquilibres : Les préalables à l'amélioration de la QVT : la symétrie des attentions
Novéquilibres : RHNovéquilibres : CommunicationNovéquilibres : Santé / Bien-vivreNovéquilibres : Environnement
Améliorer la Qualité de Vie au Travail (QVT) ne procède pas du « y a qu’à, faut qu’on ! ». Deux préalables me semblent nécessaires pour aborder efficacement l’amélioration individuelle et collective de la QVT.
Après avoir évoqué dans un précédent article de notre propre responsabilité en première intention, je vous propose un deuxième préalable : la symétrie des attentions.

Quelle est l’idée ?

Vous auriez envie, vous, de parler de la QVT avec quelqu’un.e dont vous êtes persuadé qu’il.elle a des conditions de travail insupportablement et indécemment supérieures aux vôtres ? C’est simple, c’est un peu comme si vous aviez tous les inconvénients et lui.elle, tous les avantages.

Cela vous paraît extrême comme situation ? Vraiment ?
Malheureusement, prêtez attention autour de vous ou dans les médias et vous constaterez la récurrence du piège cognitif suivant : je compare les avantages des conditions de travail des autres par rapport aux difficultés des miennes. Avouons bien volontiers que les jeux sont faits d’avance : si vous êtes dans le secteur privé, il est sûr que le secteur public n’a que des avantages (et évidemment vice versa), idem concernant les modes de transport (voiture Vs transport en commun), le service d’à côté par rapport à mon service, mon voisin par rapport à moi, et la liste est longue.

C’est probablement aussi pour cela que c’est si dur de travailler en coopération sur la prévention du stress, des RPS et de la souffrance au travail.

Mon stress est tellement plus légitime que le prétendu vôtre !

Avec la promotion de la QVT, on engage un deuxième préalable : s’intéresser aux conditions de travail et au ressenti des autres, et ceci sans tomber dans le piège de la comparaison biaisée, le mieux étant encore de se débarrasser de cette infernale habitude de vouloir tout comparer en permanence.

Quels sont les bénéfices attendus ?

Porter attention avec un intérêt bienveillant aux conditions d’exercice des autres permet de cultiver également la bienveillance dans la pratique quotidienne des relations de travail.

Par ailleurs, abordons la dimension de symétrie : porter attention aux autres incite naturellement les autres à s’intéresser à nous-même. Il ne faut pas y voir une exigence ou une condition de réciprocité, mais plutôt un acte vertueux portant en soi les germes d’un mouvement gagnant-gagnant.

Bien entendu, la coopération et la co construction d’actions d’amélioration de la QVT en est grandement facilitée puisqu’il ne s’agit plus que chacun.e campe sur sa position et défende ses intérêts personnels ou corporatistes, mais que chacun.e tente d’aller vers l’autre, en lâchant prise de son monde personnel.

En arrêtant d’opposer des actions aux intérêts divergents, on peut ainsi coordonner des actions complémentaires.

Liens vers les autres articles de cette série :

Photo sous licence creative commons – auteur : David Cornejo

Un commentaire

Ecrire un commentaire»
  1. […] Améliorer la Qualité de Vie au Travail (QVT) ne procède pas du "y a qu'à, faut qu'on !". Deux préalables me semblent nécessaires pour aborder efficacement  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *