Cultivons-nous notre QVT dans l’ESS !

Novéquilibres : Cultivons-nous notre QVT dans l'ESS !
A l’occasion d’une intervention à la soirée Eclairages Publics (1) organisée par la Cabane à projets (Centre socioculturel de la communauté de communes du créonnais en Gironde) sur le sujet de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), j’ai évoqué en avant-première quelques points de repères sur la Qualité de Vie au Travail dans l’ESS et les enjeux que je vois à l’amélioration de la QVT dans l’ESS. Voici maintenant évoqués au niveau national les éléments présentés au cours de cette soirée du 26 avril 2018 à Créon (33).

Introduction

Depuis la création de laqvt.fr en juin 2011, nous promouvons l’idée que la QVT doit être entendue et investie pour toutes et pour tous, quels que soient les métier, les statuts, les secteurs de l’économie, … en intégrant aussi les chercheurs d’emploi, les bénévoles, les individus sur les bancs de l’école.

Par ailleurs, nous promouvons également l’idée d’ajustement de la QVT. Nous avons utilisé aussi le terme de « congruence » : il s’agit que les actrices et acteurs de la santé au travail incarnent leur QVT personnelle et que les structures qui interviennent sur ce sujet en fasse aussi autant au niveau collectif. C’est que ce que nous faisons au niveau de laqvt.fr et de Novéquilibres et nous avons eu l’occasion de témoigner de cet ajustement ici à plusieurs reprises. C’est cet objectif de congruence qui nous meut également pour participer à ce que les différentes strates de collectif auxquels nous appartenons investissent également la QVT, à savoir : les coopératives Coopaname et La Manufacture coopérative, l’ensemble Bigre !, le mouvement des Scop, le secteur de l’ESS.

Et donc, une fois n’est pas coutume, nous mettons particulièrement l’accent sur laqvt.fr sur la QVT dans l’ESS et affirmons clairement notre volonté et notre espoir que l’ESS puisse s’engager de manière délibérée dans l’amélioration de la QVT et devenir un secteur à la pointe de la QVT et d’une innovation managériale allant dans le sens du bien-être de l’individu (et pas, en première intention, pour améliorer la performance par tous les moyens et quels qu’en soient les coûts humains). Le diaporama commenté par mes soins sous forme de vidéo que je vous propose ci-après fait écho à l’Université Ephémère sur la QVT, l’innovation managériale et la coopération organisée les 11 et 12 octobre 2017 avec la Manufacture coopérative, Novéquilibres et le groupe Innovation managériale d’Oxalis.

Diaporama commenté


Le texte de la présentation

Quelques points de repère

Je vais vous dresser très rapidement un panorama du secteur de l’ESS en matière de Qualité de Vie au Travail (QVT) et quelques enjeux centraux que nous voyons sur laqvt.fr, enjeux à la fois pour le bien-être des individus et pour la vitalité du secteur de l’ESS.

D’abord, quelques repères, et je vais m’appuyer sur les résultats du baromètre de la QVT dans l’ESS publiés début 2017 par la mutuelle Chorum.
Je vous donne très peu de chiffres, mais qui plantent le décor : 6,1/10, c’est le niveau de QVT des salariés. 7,2/10, pour les dirigeants.

Ce baromètre étant à sa 2ème édition, il est intéressant de le comparer avec la première édition : en 2013, le niveau était de 6,3/10 pour les salariés et 7,4/10 pour les dirigeants. C’est donc une dégradation légère, mais claire car confirmée par ailleurs par la réponse à une question spécifique posée sur le sentiment d’évolution : La moitié des répondants a ressenti une dégradation. A noter qu’en 2013, on a pu comparer ce niveau avec une enquête au niveau national tous secteurs confondus qui montrait un niveau de 6,1/10. Donc en 2013, l’ESS se trouvait juste au-dessus du niveau global. En 2017, elle est redescendue à ce niveau global, mais on peut penser que pendant la même période, ce niveau global s’est certainement dégradé lui aussi.

Le niveau de QVT est en réalité contrasté en fonction du type de structure de l’ESS :

  • Fondations : 5,7/10
  • Mutuelles : 5,8/10
  • Entreprises sociales : 6/10
  • Associations : 6,3/10
  • Coopératives : 7/10

Il y a une précaution à prendre à la lecture de ces chiffres : en effet, dans l’échantillon de ce baromètre, les mutuelles sont sur-représentées (5,8/10) et les coopératives (7/10) sont sous-représentées. De ce fait, on peut raisonnablement considérer que le niveau de 6,1/10 est un peu minoré. Mais probablement pas de beaucoup puisque le type de structure ayant le poids le plus fort (environ les 3/4), à savoir les associations, est représentée presque à sa juste valeur, avec un niveau de 6,3/10 en baisse de 0,3 depuis 2013. La tendance à la dégradation est de ce point de vue incontestable.

Au-delà de cette situation contrastée entre types de structure, le contraste est à analyser aussi à travers le fait que la QVT se joue sur de multiples dimensions.

J’ai choisi cette photo à titre de métaphore : à savoir un soleil qui rayonne et qui peut être masqué par des nuages plus ou moins menaçants.
Les aspects positifs de la vie au travail dans l’ESS sont l’attachement indéniable des salariés au secteur, le sens et l’utilité de leur travail et la fierté … sous réserve que les moyens pour bien mener ses missions sont là. Et là, on touche aux nuages noirs : quand les moyens ne sont pas là, quand la reconnaissance n’est pas là, quand les réorganisations sont peu ou pas participatives, quand elles reprennent des méthodes de l’économie classique dont on a bien vu les effets délétères sur la santé des individus.

L’ESS peut être considérée comme un terreau favorable pour l’amélioration de la QVT. Les valeurs de l’ESS constituant en partie ce terreau : place de l’individu, démocratie, coopération, lucrativité limitée, solidarité, responsabilité.
A l’opposé, d’autres secteurs de l’économie, ou pour le moins, les structures d’autres secteurs dont les valeurs sont essentiellement – profit, profit, profit, performance, excellence, disponibilité, flexibilité, création de valeur, motivation – constituent un terreau peu propice à l’amélioration de la QVT. Par simplification, j’indique que ce type de terreau est plutôt celui de l’économie classique, mais la réalité est plus nuancée : certaines structures de l’économie classique font vivre des valeurs proches de celles de l’ESS, et inversement des structures de l’ESS se laissent envahir par des valeurs de l’économie classique faisant prendre le risque de dilution des valeurs fondatrices.

Dans un terreau aride, les réactions par rapport à la QVT vont être de deux ordres : 1/ on ne voit pas l’intérêt et 2/ si on voit un peu l’intérêt, on en vient assez rapidement à dire que c’est trop compliqué.

Dans un terreau favorable comme celui de l’ESS, les choses ne sont pas gagnées pour autant. Pourquoi ? Parce que le risque est de se réfugier derrière l’existence de ces valeurs et en particulier de la gouvernance démocratique. Bref, ici on voit une fausse croyance dangereuse pour la QVT : la QVT qui serait par ESSence dans l’ESS. En plus, vous voyez qu’il y a ESS dans essence, et donc attention à y chercher le bon sens !

En résumé, le piège serait de penser que la QVT, ça pousse tout seul dans l’ESS, que le terreau fait tout.

Or, en tirant le fil de cette métaphore de jardinage ou d’agriculture, le terreau ne fait pas à lui seul la récolte. Il faut aussi avoir des actions déterminées pour cultiver; des actions diversifiées : semer, arroser, veiller, anticiper, entretenir, préserver, …
Je ne vais pas entrer dans le détail de ces actions, quels acteurs sont à mobiliser, mais clairement il y a des choses à faire, et comme dans un jardin, c’est à la fois du plaisir de le faire, des moments où on n’a pas trop envie de le faire, des impondérables, des plants qui ne poussent pas, des nuisibles qui s’en mêlent, des fruits et légumes à récolter, des voisins à qui ça donne des idées, …

Pour mieux comprendre le problème que pose l’absence de culture du terreau, je vais rapidement vous parler de continuums.
En commençant par celui inspiré par la définition de la santé par l’OMS en 1946


Ce qui nous fait sortir d’une vision binaire classique : on est en bonne ou en mauvaise santé, et confondre deux états : celui de la bonne santé et de l’absence de maladie. Ce continuum a le mérite de placer au moins un 3ème état médian : l’absence de maladie.

Voyons d’autres continuums que l’on peut lier à quelques dimensions de la QVT :

Je vais m’arrêter sur un seul : la bienveillance, que je vous propose d’entendre dans le sens « veiller au bien ». Quand on ne veille pas au bien, il y a globalement deux autres états possibles : l’absence de veille au bien, que j’ai appelé ici le « désintérêt ». Et il y en a un deuxième : agir sciemment pour faire du mal. Dans le monde du travail, quand on dit que la bienveillance n’est pas là, souvent ce n’est pas tellement qu’on a des personnes malveillantes en face de soi, mais c’est surtout qu’on a des personnes qui n’ont pas le temps d’être bienveillantes.
Ce qui m’amène à considérer qu’en matière de QVT, quand les organisations et les individus souffrent, c’est non seulement d’actions négatives portées à la santé des individus, mais aussi de l’absence d’actions délibérées positives.
Et quand j’ai évoqué précédemment la culture du terreau, c’est bien la mise en place d’actions positives car sans elles, dans le meilleur des cas la situation va stagner, et au pire elle va se détériorer.

Les enjeux de la QVT dans l’ESS

Je vous propose 4 enjeux qui nous semblent déterminants sur laqvt.fr

Le premier c’est d’intégrer le principe suivant :

La bien-portance d’un collectif passe par la bien-portance des femmes et des hommes qui portent le projet.

Ce principe peut sembler évident quand on le lit mais, en réalité, il est assez loin de l’être dans les faits.
De notre point de vue, l’explication réside dans le fait que bon nombre de structures de l’ESS ont leur attention et leur énergie focalisées beaucoup plus sur l’externe que sur l’interne; à savoir une focalisation sur les usagers et clients au détriment de l’attention portée aux salariés, dirigeants, administrateurs et bénévoles sans mandats.

Le deuxième enjeu est de considérer toutes les parties prenantes et de ne pas tomber dans le piège de réduire le sujet de la QVT à celle des salariés.
Le secteur de l’ESS étant particulier et comportant beaucoup d’activités bénévoles et des conseils d’administration « non professionnels », il nous semble impératif de concevoir le sujet de la QVT largement et d’y associer toutes les parties prenantes et de considérer la QVT de toutes les parties prenantes.

3ème enjeu : La QVT mérite d’être un enjeu saisi par les instances de l’ESS à la fois pour le bien-être des individus et aussi en réfléchissant aux impacts positifs en matière de fonctionnement, d’efficacité, de durabilité.
Ce qui permettrait à l’ESS de se mettre sur le chemin d’être un secteur à la pointe en matière de QVT et … une fois suffisamment avancée, de pouvoir être inspirante pour les autres secteurs de l’économie.

Et le dernier enjeu principal que nous voyons porte plus sur le « comment » : il nous semble que pour ce faire, l’ESS doit investir de nouvelles formes de management, et en particulier développer une démocratie plus participative, ce qui permettra de répartir de manière plus large les responsabilités des prises de décision. Avec donc un double avantage : favoriser la participation aux décisions et la motivation du plus grand nombre et soulager le poids des responsabilités pour les personnes portant des mandats, voire répondre en partie au surengagement et à l’épuisement de certaines personnes qui portent à elles seules des projets et/ou des collectifs.

Lors d’un événement fondateur organisé par la Manufacture coopérative et notamment laqvt.fr cet automne à Paris avec plusieurs acteurs de l’ESS, nous avons porté le message suivant :

Cultivons-nous notre QVT dans l’ESS !

J’ajouterais : « cultivons de manière écologique ».

Et de manière concrète, il y a une simple question qui permet de démarrer cette culture à travers toute prise de décision, qu’elle soit stratégique ou opérationnelles :

Quels impacts sur le bien-être des personnes de votre structure
concernées par la décision ? 

Et je finis par cette question, que je vous invite à utiliser le plus régulièrement possible dans votre structure.

(1) Sont intervenus pour présenter l’ESS : Mélanie THUILLIER, co-directrice de la CRESS Nouvelle Aquitaine et Timothée DUVERGER, historien, maître de conférences à l’I.E.P. de Bordeaux. Gil GERBEAUX, adhérent de la Cabane à Projets a présenté quelques initiatives emblématiques du caractère social et solidaire de la Cabane à Projets. Soirées coordonnées par Frédéric FOUCAULT, salarié de la Cabane à Projets.

Olivier Hoeffel

Responsable éditorial de laqvt.fr Associé et responsable exécutif de Novéquilibres Associé de La Manufacture coopérative Auteur du blog lesverbesdubonheur.fr

Une pensée sur “Cultivons-nous notre QVT dans l’ESS !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.