SOMNOLENCE ou VIGILANCE ?

Novéquilibres : SOMNOLENCE ou VIGILANCE ?
De plus en plus de personnes dorment mal, et quand il y a une altération du rythme veille/sommeil les conséquences sont importantes tout au long de la journée.
Somnolence diurne, altération de la vigilance, baisse de la performance, troubles cognitifs, troubles de l’humeur.
Pas mal d’éléments pour gâcher une journée de travail, la sienne quand on a mal dormi et celle des autres qui nous côtoient. C’est un élément de la Qualité de Vie au Travail (QVT) et faire attention à son sommeil est de l’ordre de la responsabilité individuelle mais aussi collective…

C’est quoi la somnolence ?

La somnolence est un état intermédiaire entre le sommeil et l’éveil, avec une difficulté à se maintenir éveillé :
Elle est physiologique à certains moments de la journée et le soir, puisque la nuit est faîte pour dormir, ou en cas de dette de sommeil (gardes de nuit, récupération insuffisante, stress), ou en lien avec un rythme de travail en décalé comme le travail posté ou de nuit qui perturbe l’horloge interne.
Elle devient pathologique quand elle est excessive le jour, provoquée par une insomnie, un syndrome d’apnée du sommeil (qui augmente de 2 à 7 fois le risque d’accidents dus à la somnolence), de l’hypersomnie ou un syndrome des jambes sans repos.
Les signes sont les yeux qui piquent, les bâillements, la raideur de la nuque, du mal à rester en place ou un léger refroidissement…

Ça donne quoi la somnolence ?

La somnolence est responsable d’1/3 des accidents sur autoroute, et c’est la première cause quand ils sont mortels. 2 morts sur 3 au travail sont liés à un accident de la route, et chaque année plus de 600 salariés sont victimes d’accidents mortels pour leurs déplacements professionnels ou sur le trajet domicile/maison ou maison/domicile.
20% des accidents de la route sont liés à un endormissement au volant, et 10 à 20% des conducteurs professionnels se sont déjà endormis au volant. Être somnolent multiplie par 8,2 le risque d’accident.
D’après une enquête INSV (Institut National du Sommeil et de la Vigilance) MGEN de 2011 sur la somnolence au quotidien, 21% des français sont somnolents au moins 3 fois par semaine même s’ils ont bien dormi, et 7% s’endorment dans la journée à l’insu de leur plein gré.

Quoi faire de la somnolence ?

Quelqu’un qui ronfle, est somnolent dans la journée, a un sommeil non récupérateur, ou des céphalées matinales se doit de consulter avant d’avoir un accident ou d’en provoquer un; ce peuvent être des symptômes d’apnées.
Revisiter les croyances : on croit souvent n’avoir aucun problème de sommeil quand on peut s’endormir n’importe où et n’importe quand en très peu de temps, et tomber dans les bras de Morphée avant même avoir posé la tête sur l’oreiller…on croit que c’est positif, pourtant c’est le résultat d’une dette de sommeil, et ce vécu n’est pas une force mais une faiblesse.

Le Professeur Damien Léger dit : « Contre la somnolence, un seul remède efficace : DORMIR ! La somnolence est un phénomène physiologique auquel il est impossible de résister ».

Comment rester vigilant ?

Puisqu’il n’est pas possible de résister à la somnolence, il suffit d’y répondre en dormant pour restaurer la vigilance. En plein open-space ou même en réunion, quand vous sentez le sommeil vous gagner, au lieu de lutter avec la peur au ventre que cela se voit et la désolation de ne plus rien capter, faites une sieste flash :

  • Vous prenez la posture du penseur de Rodin avec la tête appuyée en équilibre sur 3 doigts élégamment posés sur le haut de votre front.
  • Vous fermez les yeux et vous vous laissez aller en vous laissant bercer au rythme de votre respiration, inspiration, expiration…
  • Quand la tête tombera heureusement retenue par votre main, vous pouvez être sûr d’avoir basculé dans le sommeil.

Ces quelques instants suffiront pour que vous soyez présent et efficace et vous pourrez continuer à fonctionner en bonne QVT à votre travail. Les autres n’y verront que du feu, ils penseront que vous avez réfléchi puissamment ; surtout que vous serez en mesure de continuer votre journée en pleine dextérité, éveillé !

Éveillé si c’est possible, car Montaigne pensait : « Nous ne sommes jamais totalement éveillés. »

Photo sous licence creative commons – auteur : Jessie Romaneix Gosselin

Caroline Rome

Caroline ROME est spécialisée dans le sommeil et la vigilance, les rythmes, membre du comité éditorial de laqvt.fr, associée de Novéquilibres, attachée au Centre du Sommeil de l’Hôtel-Dieu à Paris, membre de l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *