Novéquilibres : Ne me parlez plus du temps !

Le Professeur Bossondur réagit à l’article du jour sur la place du temps à l’occasion de la 11ème semaine pour la Qualité de Vie au Travail (QVT).

Professeur Bossondur, que pensez-vous de la question du temps ?

Je vous félicite ! J’ai l’impression que plus nous avançons dans cette semaine, plus vous vous rapprochez – enfin – des vrais sujets, ceux qui sont au coeur du travail.

C’est une calamité pour le travail, la question du temps, c’est une plaie ouverte qui ne peut pas cicatriser. Forcément, si on en rajoute chaque jour une couche, ça ne va pas être possible !
En effet, il ne se passe pas un jour sans que les travailleurs perdent un temps inutile à parler du temps.
Et toujours, pour dire la même chose ! Enfin, pour être précis, c’est chaque fois pour se plaindre du temps : il fait trop chaud, il fait trop froid, ou il s’est mis à faire chaud trop vite, … et même encore pire : quand ce n’est pas le temps ici qui ne va pas, c’est le temps ailleurs.

Vous rendez vous compte du temps qu’on passe à ne pas travailler pour parler du temps d’hier, d’aujourd’hui et de demain ? Et maintenant, avec cette manie de la télé de donner la météo une semaine à l’avance, ça projette les gens directement sur le weekend suivant.
Comment voulez-vous qu’ils puissent bosser dur si tout est fait pour les conditionner à anticiper le weekend ?

Et surtout qu’on s’en fiche du temps au travail. Regardez, moi, dans mon labo, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il fasse beau, ça m’indiffère. D’ailleurs, pour éviter que mon équipe puisse se distraire avec le temps, j’ai pris une mesure tout à fait efficace : j’ai fait opacifier les fenêtres. Je vous assure qu’il n’y a pas mieux pour la concentration.

J’ai évidemment d’autres solutions à vous proposer pour diminuer les impacts du temps sur l’efficacité au travail :
la première consiste à mettre en place des dortoirs sur le lieu de travail en les équipant eux aussi de vitres opaques. Les salariés seront coupés de l’environnement dont ils n’arrêtent pas de se plaindre et c’est finalement leur rendre un grand service. Un certain nombre d’entreprises chinoises se sont inspirées de mon idée et je vous assure que c’est redoutablement efficace.

Maintenant, je peux aussi vous proposer une solution plus light : il s’agit d’équiper les écrans d’ordinateur d’un fond d’écran subliminal qui envoie le message suivant « Heureusement qu’on a le travail pour compenser ce temps pourri. Ne parlons plus du temps ! ».
Je l’ai testé sur mon équipe et je vous assure que maintenant, les mondanités sont réduites au strict minimum : un hochement de tête pour dire « bonjour », et voilà tout.

Puisque nous arrivons à la fin de cette semaine, je voulais vous faire une demande pour l’année prochaine : pensez à faire vos questions plus courtes pour me faire gagner du temps !

Retrouvez les vidéos du Professeur Bossondur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *