Novéquilibres : Actualité en bref de la qualité de vie au travail

Novéquilibres : RHNovéquilibres : CommunicationNovéquilibres : Santé / Bien-vivreNovéquilibres : Environnement

 

Olivier Hoeffel, Responsable éditorial de laqvt.fr, dans le cadre de la préparation de l’Université Ephémère sur la Qualité de Vie au Travail (QVT), l’Innovation managériale et la Coopération qui se tiendra tout juste dans une semaine les 11 et 12/10/2017, a publié l’article La métamorphose de Monsieur Plus en Sam’Vabien

Il met en enjeu central la fixation des objectifs et les prises de décisions qui dépendent fortement d’attitudes. Il en décrit deux opposées, ou plutôt, une très contemporaine et la deuxième comme alternative à la première :

  • Monsieur Plus, perfectionniste, dans la fuite en avant et victime de l’adaptation hédonique
  • Sam’Vabien, optimaliste/satisfaiseur (terme utilisés respectivement par Tal Ben Shahar et Barry Shwartz) qui se suffit de ce qui va bien et réalise les objectifs réalistes  qu’il s’est fixé

L’enjeu gagnant-gagnant étant la métamorphose ou le glissement de Monsieur Plus vers Sam’Vabien aussi bien au niveau collectif qu’individuel. Ceci étant un enjeu pour améliorer la QVT et plus largement la Qualité de Vie.

photo sous licence creative commons – auteur : Martin Deutsch

Un commentaire

Ecrire un commentaire»
  1. Merci pour ce partage de la conférence TED de Barry Schwartz très instructive.
    En revanche Olivier, une fois n’est pas coutume, j’adhère moins à votre « Samvabien ». Je prends un exemple, celui de la maladie qui s’accompagne d’une souffrance physique difficilement soutenable – ça ne me va pas bien, à l’évidence. Par contre, j’ai peut-être à apprendre de cette épreuve (cf. les ouvrages de Thierry Janssen : « La maladie a-t-elle un sens ? » et « La solution intérieure »); c’est peut-être une porte ouverte vers d’autres horizons au service de mon développement personnel. Personnellement, je préfère le questionnement (Qu’ai-je à apprendre de ce qui m’arrive) et une posture résolument positive face à « ce qui est » au « Samvabien » de principe (pour moi, aux relents de résignation et de conditionnement).
    Mais j’ai bien conscience de ne pas avoir le mérite d’avoir écrit de papier au service de la QVT. La critique est aisée et… pas obligatoirement fondée.
    Bien cordialement,
    Monique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *