Confiance en soi, confiance en les autres

Novéquilibres : Confiance en soi, confiance en les autres
Le développement personnel suscite de plus en plus d’intérêt et j’apprécie personnellement l’idée que l’être humain puisse se tirer lui-même vers le haut, nécessairement avec des hauts et des bas, car rien n’est gagné d’avance en la matière contrairement à ce que certains pourraient laisser entendre par la voix ou par la plume.

Un des sujets souvent évoqués en développement personnel est celui de la confiance en soi. Sujet d’ailleurs prégnant depuis quelques années dès l’enfance où il faudrait construire au plus tôt aux bambins une armure bien solide contre les émotions négatives et les échecs.

Tous ces appels, discours, méthodes et techniques allant vers le développement de la confiance en soi et l’affirmation de soi, répondent évidemment à une attente de certains. Je ne remets pas en cause cette attente et l’intérêt du développement personnel en matière de confiance en soi.

Seulement, je constate deux dérives :

  • une confiance en soi développée à l’excès produisant de la surconfiance,
  • une confiance en soi qui progresse en faisant fi (voire au détriment) de la confiance dans les autres

Sur la question de la surconfiance, je me contente dans cet article de renvoyer d’une part à la citation de Voltaire « le mieux est l’ennemi du bien » (extraite de son conte moral La bégueule, citation qu’il dit emprunter lui-même à un sage italien) et d’autre part à Aristote avec sa doctrine du juste milieu qui explique que la vertu n’est pas une disposition poussée à l’extrême, mais le milieu entre le défaut et l’excès de cette même qualité. Je développerai dans un prochain article les méfaits de la surconfiance sur la qualité de vie au travail et la qualité de vie de manière plus générale.

La deuxième dérive est donc la prédominance de la confiance en soi sur la confiance en les autres. De mon point de vue, cette prédominance provient d’un double phénomène : la confiance en les autres est peu traitée à la fois en terme de développement personnel et peu incitée dans les organisations; par ailleurs le développement lui-même de la confiance en soi ne se fait pas dans la direction de la coopération avec les autres et peut affaiblir la confiance en les autres. L’idée quelque fois sous-tendue de l’intérêt d’une meilleure confiance en soi est de faire face à un monde de plus en plus difficile, exigeant, dangereux et égoïste dans lequel il ne faudrait compter que sur soi-même.

Un autre obstacle à la confiance en les autres est l’approche même que l’on peut avoir de la confiance. Michela Marzano, philosophe d’origine italienne, a publié en 2010 un livre passionnant sur la confiance : « Le contrat de défiance ». Elle y développe l’idée que certains conçoivent la confiance en vision noir et blanc et de manière idéalisée. Ainsi, une fois la confiance donnée, elle constituerait une forme de contrat qui ne devrait pas souffrir d’être écorné sous peine d’être rompu avec le risque même de remettre en cause tout simplement l’idée de la confiance en les autres.

Au contraire, elle propose une idée de la confiance qui accepterait la possibilité de non respect ou de trahison de cette confiance comme un risque normal à prendre. Une façon de considérer l’échec comme un obstacle normal sur le chemin de la confiance qu’il faut s’attendre à rencontrer et sur lequel il ne faut pas s’arrêter – trop longtemps.

La qualité de vie au travail se construit, entre autres, sur ces deux niveaux de la confiance : la confiance en soi (en lien avec la reconnaissance au travail) et la confiance en les autres. Comme pour toutes les dimensions de la QVT, il s’agit de trouver la bonne articulation entre responsabilité collective et individuelle pour promouvoir et favoriser la confiance à l’intérieur de l’organisation et en lien avec les autres parties prenantes à l’extérieur de l’organisation.

Qualité de vie au travail, confiance, coopération et bonheur au travail, autant de sujets sur lesquels le phénomène de contagion est possible, sous réserve qu’il trouve l’environnement favorable et les bons relais.

photo sous licence creative commons – auteur : chucka_nc

Olivier Hoeffel

Responsable éditorial de laqvt.fr Associé et responsable exécutif de Novéquilibres Associé de La Manufacture coopérative Auteur du blog lesverbesdubonheur.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.