Bonheur et plaisir

Novéquilibres : Bonheur et plaisir
Nous avons déjà évoqué sur laqvt.fr les outils développés au CLIPP pour évaluer la qualité de vie au travail (ISQVT) et la qualité de vie (ISQV).

Le principe sur lequel se basent ces outils est que l’activité humaine est orientée vers des buts, le but ultime recherché étant le bonheur (Aristote).

Le niveau de qualité de vie le plus élevé pour un individu correspond à l’atteinte de tous ses objectifs dans tous les domaines de la vie professionnelle et par extension de la vie tout court. Le bonheur total !

Ce bonheur total est-il un miroir aux alouettes ?

Une réponse indirecte que l’on peut faire concerne les objectifs que l’on se fixe : si les objectifs sont irréalistes, ce bonheur total ne pourra pas être accessible tant que l’on gardera le cap sur ces dits objectifs, d’autant plus si l’esprit est plus occupé par la cible que par le chemin parcouru.

Tal Ben-Shahar, Professeur de psychologie positive à Harvard, spécialiste sur le sujet du bonheur s’est intéressé aux perfectionnistes qui ont cette double tendance à l’irréalisme des objectifs et à l’incapacité à prendre du plaisir tant que l’objectif n’est pas atteint (et encore, certains perfectionnistes sont en incapacité à reconnaître leur réussite et donc à y prendre du plaisir).

Nous voilà donc arrivés à la notion de plaisir.

Certains d’entre nous confondent bonheur et plaisir. Pour être plus précis : le bonheur devrait être une succession ininterrompue de moments de plaisir.

Cela étant bien évidemment irréaliste, confondre bonheur et plaisir conduit à une impasse dans la quête du bonheur.

Alors, si on a tout intérêt à ne pas confondre bonheur et plaisir, comment lier ces deux notions ?

Il ne s’agit pas de tomber dans l’excès inverse et de considérer le bonheur avec les habits de l’ascétisme. Selon Tal Ben-Shahar, le bonheur peut être construit en recherchant des activités qui associent à la fois le plaisir et le sens. Une autre façon de présenter la chose est d’allier le plaisir du moment et la préservation de l’avenir.

Une autre considération importante sur le chemin du bonheur est l’acceptation des moments qui ne sont pas du plaisir (voire qui sont de la souffrance). L’acceptation n’étant pas vue comme de la résignation (passive) mais comme la capacité active d’acceptation que les plaisirs et le bonheur ne sont pas un dû permanent et qu’il y a des hauts et des bas.

Pour en revenir à la qualité de vie au travail : une vie professionnelle (individu) et la vie d’une organisation (collectif) sont faites de hauts et de bas. Cette vérité doit être acceptée, ce qui n’est pas chose gagnée dans un monde où l’on nous sert l’excellence à toutes les sauces, et où l’échec est servi lui, à la sauce « trouvez-moi le coupable !».

La responsabilité de l’organisation n’est pas de servir le plaisir au travail à tout moment, mais de contribuer au bonheur au travail des individus.

Face à la montée des risques psychosociaux, on peut se demander si certains dirigeants et chefs (petits ou grands) ne voient pas d’un mauvais œil l’idée de qualité de vie au travail et de bien-être au travail sous prétexte que bonheur et plaisir n’ont pas leur place dans le travail. La question étant justement de savoir s’il n’y a pas confusion dans leur esprit entre le plaisir et le bonheur, dans le sens évoqué précédemment : bonheur = succession illimitée de plaisirs.

Mes préconisations

Je vous propose quelques idées générales autour du bonheur et du plaisir qui contribueront à une meilleure QVT dans les organisations, aussi bien au niveau collectif qu’individuel :

  • Reconnaître que le bonheur et le plaisir ont leur place au travail.
  • Introduire plus de moments de plaisir dans le travail aussi bien au niveau de l’activité de travail que dans son environnement.
  • Vérifier le réalisme des objectifs et des attentes : du collectif vis-à-vis de l’individu et vice versa, entre individus, et de l’individu vis-à-vis de lui-même.
  • Accepter, mais sans se résigner qu’il puisse y avoir des moments difficiles et accepter de communiquer et d’échanger pour éviter l’isolement et pour favoriser la coopération et la solidarité.
  • Valoriser l’appréciation du moment, la bonne humeur et la convivialité.

Qualité de Vie au Travail, bonheur et plaisir font bon ménage. Ceci constitue une des idées fortes que nous portons sur laqvt.fr

photo sous licence creative commons – auteur : optimal tweezers

Olivier Hoeffel

Responsable éditorial de laqvt.fr Associé et responsable exécutif de Novéquilibres Associé de La Manufacture coopérative Auteur du blog lesverbesdubonheur.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *