Faire du sport au boulot !

Novéquilibres : Faire du sport au boulot !

Aujourd’hui, le désir de renvoyer à la société une certaine image de sa personne passe souvent avant ce qui fait la personne elle-même. Je m’explique :

Nombreux sont ceux qui visent une posture lisse et digne avec le dos droit et le ventre plat, prenant modèle sur Ken et Barbie. Pourtant cette perfection n’a rien de naturel, et n’est valable que pour les figurines en plastic moulé. Certes depuis l’homme de Néandertal la verticalité a évolué, mais pas au point de nier les planches anatomiques où la colonne vertébrale est représentée avec ses courbes, ses creux, et ses voûtes.

Quand le corps est en mouvement, c’est aussi l’image et le paraître qui priment. Il est plus glorieux de jogger que de marcher rapidement, de soulever des haltères plutôt que des gros dossiers. Le tennis est mieux perçu que le nettoyage, alors que le geste du plumeau déplaçant la poussière d’un coup droit ou d’un revers est similaire.

Le point commun entre ces actions

Le fait de s’activer physiquement, l’important étant de se vivre pleinement avec les composantes suivantes :

  • L’effort qui permet de stimuler les muscles.
  • La respiration qui augmente l’oxygénation très bonne pour le coeur.
  • La bienveillance avec soi pour ne pas dépasser les limites, et éviter l’épuisement ou l’accident.
  • Le plaisir d’habiter son corps avec les sensations liées aux mouvements.
  • Du temps pour soi.
  • La pleine conscience d’être au présent, anti-stress par excellence.

La différence entre ces actions

Le moment où on les fait.

Le sport se pratique à des moments précis de la journée ; je ne vais pas d’un bureau à l’autre dans l’entreprise en roller, je ne prends pas mes gants de boxe pour un rendez-vous, cela pourrait effrayer mon client. Alors que l’activité physique en dehors du sport est possible sur le lieu de travail ; je peux monter à l’étage par l’escalier au lieu de prendre l’ascenseur, ou faire des étirements devant l’ordinateur.

Récemment, une note publiée par le CAS (Centre d’Analyse Stratégique) pose la question de : « Comment mettre le sport au service de la santé des salariés ? ». L’activité physique ou sportive régulière étant reconnue par les autorités médicales comme un facteur d’amélioration de la santé, le CAS soulève l’importance dans un premier temps de sensibiliser les différents acteurs aux bienfaits de mettre en place des moyens accessibles au plus grand nombre. Les entreprises qui proposent déjà des activités sportives à leurs salariés constatent que les assidus sont déjà sportifs de nature, mais encore faut-il qu’ils en aient le temps…

Alors, si vous aimez le sport, allez-y, ne vous en privez pas ! et d’ailleurs bientôt l’exercice physique sera remboursé par la sécurité sociale, ce qui fera le sujet d’un prochain article.

Si au contraire vous n’êtes pas sportif, ne vous forcez pas car ce n’est jamais bon de se faire violence. Songez plutôt à optimiser l’activité physique au quotidien, par exemple vous rendre à pied au travail, ou en vélo, jardiner ou jouer au ballon avec les enfants.

L’essentiel c’est de se bouger, faire des gestes, des mouvements dynamiques, le tout en conscience d’un corps vivant et actif. L’objectif est de favoriser l’éveil, la vigilance et l’attention, de stimuler les fonctions vitales pour entretenir la machine et conserver un équilibre physique et psychique. Un entraînement au jour le jour pour tous, sportifs ou pas, tout simplement la prise en compte du corporel.

L’activité physique ne s’arrête pas au sport, et l’ordonnance idéale pour aller dans ce sens serait du genre « pour améliorer votre sommeil » :

  • Soit vous poussez un palet sur de la glace à l’aide d’une crosse en faisant du hockey à raison de deux fois par semaine.
  • Soit vous poussez la serpillère sur le sol à l’aide d’un balai en faisant du ménage à raison de deux fois par semaine.
  • vous pouvez alterner le palet et la serpillère.

Comme il vous convient et renouvelable à vie.
 

Caroline Rome

Caroline ROME est spécialisée dans le sommeil et la vigilance, les rythmes, membre du comité éditorial de laqvt.fr, associée de Novéquilibres, attachée au Centre du Sommeil de l’Hôtel-Dieu à Paris, membre de l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *