Novéquilibres : La compréhension

Novéquilibres : RHNovéquilibres : Communication

La vitesse généralisée de la vie moderne nous donne un bon alibi pour fonctionner sur un mode automatique. L’effet recherché est un gain de temps. Et ça marche. Enfin… parfois à court terme seulement. En effet, prendre le temps de penser et de tenter de comprendre représente bien souvent un investissement très rentable dans l’économie du temps et des relations interpersonnelles améliorant ainsi la Qualité de Vie au Travail (QVT). Attachons-nous à cette opération capitale qu’est la compréhension, des choses, de soi, des autres, ainsi que la compréhension de la compréhension de chacun.

Je comprends, donc je suis avec.

Etymologiquement, comprendre veut dire « saisir avec ». Si j’affirme que je comprends, c’est que de l’autre intervient dans cette opération dont je prends les rênes. Je comprends donc je suis avec.

S’interroger sur le contexte

Nos avis subjectifs influencent notre interprétation, si objective tente-t-elle d’être. Mais en faisant l’effort de confronter les points de vue, les automatismes et certitudes étant mis temporairement à distance, on a une chance d’avoir une compréhension plus juste et à peu près commune. La première garantie est d’évoluer dans le même cadre, et donc de s’interroger sur le contexte, puis de porter attention à la façon dont on peut évoluer dans ce contexte.

Prenons un exemple basique. Passons en revue différents contextes (liste non exhaustive) dans lesquels on peut s’interroger sur le résultat de l’opération 1+1.

  • Système décimal

En arithmétique, si nous sommes en base 10 (c’est-à-dire dans le système décimal), alors 1+1 = 2.

  • Système binaire

Toujours en arithmétique, mais cette fois en base 2 (c’est-à-dire dans le système binaire, alors 1+1 = 10 (prononcez un-zéro), seuls les chiffres 0 et 1 étant présents en numération de base 2.

  • Emergence

Si nous évoluons maintenant dans le domaine plus philosophique de la pensée complexe ou systémique, on peut observer l’émergence d’une co-construction que chaque individu n’aurait pas pu élaborer à l’aide de ses seules qualités. En ce cas, le tout développe davantage de qualités que chacune des parties, donc 1+1 > 2 !

  • Inhibition

Dé plous en plous difícil(*) : Ne peut-on pas considérer également qu’obtenir un consensus consiste à lisser les avis de chacun de façon à ce que leurs divergences soient inhibées ? En ce cas, le tout érode des qualités à certaines des parties, donc 1+1 < 2 !

Comprenez-vous ?

L’erreur et l’illusion

Au-delà de l’effort de contextualisation, d’attention et de compréhension, il est impératif d’avoir à l’esprit que nous pouvons également interpréter les choses de façon erronée.

L’erreur est humaine. Une perception erronée ou un raisonnement erroné sont courants. Pour exemple :

  • l’image en tête de cet article propose différentes interprétations;
  • l’illusion de raisonnement mathématique, démontrant que 1+1=3 tirée du livre de Bernard Werber et présentée dans cette vidéo ;
  • Combien de conflits ou de simples mécompréhensions interviennent suite à des échanges écrits (par courriels par exemple), et même verbaux, dont certains termes sont interprétés de façons différentes ?

Alors puisque l’erreur est humaine, n’omettez pas d’envisager également que vous pouvez être celui.celle qui se trompe. Acceptez cela avec bienveillance, d’où que provienne l’erreur : elle peut arriver, et sa découverte est une avancée vers une meilleure compréhension.

Dialogue

La juste conscience du contexte et de la fragilité de la vérité ne suffit pourtant pas encore. En effet, sans dialogue, aucune chance de faire émerger quoi que ce soit du collectif, et notamment d’élucider une éventuelle interprétation erronée de part ou d’autres. Suivez la piste du triptyque « bonne foi, droit à l’erreur et capacité à se remettre en question » défini dans l’article cherchez l’erreur.

Un échange extrêmement poussé n’est pas toujours nécessaire. Un simple retour (voir l’article feedback) par rapport à une action ou une parole d’autrui permet de conserver un fil de compréhension mutuel, sans grand investissement. Cela vaut le coup !

En parlant d’investissement, celui qui consiste à donner l’explication de quelque chose en vue de sa bonne compréhension par autrui mérite d’être en bonne place dans les efforts constructifs en matière de travail collectif. En effet, si l’effort de cheminement par soi-même est intéressant pour chacun dans un premier temps, lever les points de blocage individuels par de simples explications relève à la fois d’un réflexe empathique et de l’intérêt collectif en matière d’ambiance comme en matière d’efficacité (d’autant plus que comprendre rend autonome).

Enfin, la compréhension d’autrui, elle, passe autant par le dialogue que par l’attention, l’observation et surtout la bienveillance. Relisez à ce sujet l’ABC de la qualité de vie au travail. Altruisme, Bienveillance et Compassion sont au cœur du souci de compréhension dans un groupe social garantissant ainsi un degré non négligeable de QVT.

Un petit exercice pratique pour finir

A la lumière des quelques points de vigilance énoncés dans cet article, et du commentaire de cette vidéo, comprenez-vous pourquoi 1+1=1 puis 11 ?

 

(*) Citation empruntée au Général Alcazar reconverti en lanceur de couteaux dans l’album « Les 7 boules de Cristal »

photo sous licence creative commons – auteur : Gabriella Opaz

2 commentaires

Ecrire un commentaire»
  1. […] La vitesse généralisée de la vie moderne nous donne un bon alibi pour fonctionner sur un mode automatique. L'effet recherché est un gain de temps. Et ça marche.  […]

  2. […] La vitesse généralisée de la vie moderne nous donne un bon alibi pour fonctionner sur un mode automatique. L'effet recherché est un gain de temps. Et ça marche.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *