La COP21 en métaphore pour la QVT

Novéquilibres : La COP21 en métaphore pour la QVT
La COP21 se réunit depuis le 30 novembre 2015 jusqu’au 11 décembre 2015. Sur laqvt.fr, nous souhaitons promouvoir cet événement capital pour tous les êtres humains d’aujourd’hui et de demain. Au delà de cette promotion, il nous a semblé que l’amélioration de la Qualité de Vie au Travail (QVT) pouvait s’inspirer de la COP21 et de la façon d’aborder les enjeux climatiques.

La COP21, de quoi parle-t-on ?

La COP désigne la Conference Of the Parties, (« Conférence des parties ») organisée par l’ONU tous les ans depuis 1995. C’est donc la 21ème du nom. Ce rendez-vous, regroupant 195 États, a été institué lors de l’adoption de la Convention-Cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) au Sommet de la Terre à Rio de Janeiro (Brésil), en 1992.
Quel est son objectif ? Analyser les engagements pris lors des conventions des Nations unies sur les changements climatiques et en fixer de nouveaux pour limiter le réchauffement climatique à moins de 2° d’ici 2100.

Un enjeu de préservation de ressources

Parmi les enjeux de la limitation du réchauffement climatique, il y a clairement celui de préserver les ressources naturelles.

En matière de QVT, il s’agit aussi de considérer les individus au travail comme des ressources dont on veut prendre soin et qui sont notre trésor commun. Ce qui est à préserver, c’est aussi le collectif, c’est à dire un écosystème. Un écosystème sain ayant un impact positif sur l’environnement et sur les membres qui le constituent.

Comprendre et agir

Parmi les quatre attentes auxquelles le site internet de la COP21 s’attache à répondre, voici les deux que je veux ici retenir : comprendre et agir.

Il s’agit bien entendu de les entendre dans ce ordre. En effet, il est plus facile d’agir efficacement et de persévérer dans l’action si on comprend bien les enjeux.

Pour l’amélioration de la QVT, la logique est la même : nous avons besoin de comprendre les enjeux de la Qualité de Vie au Travail pour pouvoir nous investir sur ces différentes dimensions et le faire avec motivation et efficacité.
Pour ce faire, il y a bien 3 préalables qui me semblent communs aux deux sujets :

  • prendre le temps de s’y intéresser;
  • s’approprier le sujet en prenant garde de ne pas s’arrêter à des considérations générales. Défendre la planète ou le bien-être des êtres humains devant la télé ou sur son ordinateur, c’est une chose, agir dans son quotidien, c’en est une autre,
  • porter intérêt intérêt et attention à autrui, aux générations futures est indispensable car l’égoïsme ou l’égocentrisme constituent un frein majeur à la mise en mouvement.

Trois préalables que nous avons eu l’occasion de mettre en évidence sur laqvt.fr à plusieurs reprises.

Une affaire de parties prenantes

La COP21 met en jeu quantité de parties prenantes : les gouvernements, les ONG, les scientifiques, … et tous, citoyennes et citoyens qui le souhaitent.
Toute l’efficacité du processus tenant dans l’identification des parties prenantes et de leur bonne association au mouvement. C’est aussi de trouver le bon niveau de coopération et d’écoute avec les parties prenantes qui peuvent craindre d’être perdantes avec les mesures proposées. C’est enfin de gérer au mieux les éventuelles parties prenantes déterminées à faire échouer toute forme de mouvement, le statu quo leur assurant un pouvoir qu’elles ne veulent absolument pas voir toucher, ni même effleurer.

Dans le monde du travail, à l’instar de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), l’amélioration de la Qualité de Vie au Travail passe également par l’identification des parties prenantes internes et externes. Avec des parties prenantes plus ou moins coopératives : les moins coopératives pouvant ralentir ou bloquer toute tentative d’apporter plus de bien-être aux individus de l’organisation, alors même qu’elles pourraient être aussi gagnantes en se plaçant dans une vision moyen et long terme; ceci, en activant les trois préalables proposés précédemment.

Une QVTCOP1 ?

Je vous propose donc de voir dans la COP21 une source d’inspiration pour les acteurs voulant promouvoir l’amélioration de la Qualité de Vie au Travail, une invitation à un large mouvement fédérant des parties prenantes diverses et motivées par une urgence : celle de préserver et améliorer la santé mentale, physique et sociale des individus. C’est aussi l’urgence de redonner un sens au travail et vie aux collectifs de travail.
Attention à notre planète avec l’humain qui est dessus, en le considérant dans ses différentes sphères de vie, dont la sphère professionnelle !

Olivier Hoeffel

Responsable éditorial de laqvt.fr Associé et responsable exécutif de Novéquilibres Associé de La Manufacture coopérative Auteur du blog lesverbesdubonheur.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.