Novéquilibres : La déconnect attitude en vacances !

Novéquilibres : RHNovéquilibres : CommunicationNovéquilibres : Santé / Bien-vivreNovéquilibres : Environnement

C’est l’été. Pour bon nombre d’entre nous, ce sont les congés d’été choisis ou subis.

Il s’agit de s’organiser si l’on veut vraiment profiter d’une vraie coupure dont notre organisme a besoin et que notre entourage appelle probablement avec impatience.

Si vous voulez devenir un pro de la déconnect attitude, disons le clairement : ça ne s’improvise pas. Voici quelques conseils sérieux mais aussi décalés à votre attention.


Les conseils, c’est bien, mais commençons par une petite mise en perspective. Si vous avez décidé de déconnecter cet été, sans en payer les conséquences à la rentrée, il va bien falloir intégrer que c’est l’articulation entre responsabilité individuelle et collective qui fera la différence. C’est ce qui sera mis en évidence dans quelques-uns des conseils qui suivent.

Y a quelqu’un … pour me remplacer ?

Il va se passer quoi pendant votre absence ? Les dossiers vont s’empiler ? Si vous êtes en contact avec des clients, vont-ils trouver porte close ?
Pour certaines professions, on ne s’embarrasse pas trop de ces questions, la maison est fermée sur une période donnée. C’est encore ce qu’il y a de plus simple. Pas forcément pour les clients ou les usagers. Mais évitons les positions schizophrènes où d’un côté comme travailleur on veut avoir du temps libre et d’un autre côté comme consommateur, on voudrait que tout soit disponible 24h sur 24.

S’il doit y avoir continuité de service, c’est à l’organisation de le prendre en compte dans ses procédures et à travers leur mise en application.
C’est là qu’intervient l’articulation entre responsabilité collective et individuelle dans la déconnect attitude. Un travailleur pourra effectivement profiter de ses vacances :

  • si l’organisation prévoit le fonctionnement pendant l’absence,
  • si par ailleurs lui-même est en capacité de résister à la pulsion de rester en contact avec son organisation et ses clients avec tous les moyens dont il dispose à travers les NTIC.

La responsabilité de l’organisation est de mettre l’individu dans les meilleures dispositions pour profiter sereinement de sa coupure, sans crainte sur sa charge de travail à son retour.

Le numéro que vous avez composé est actuellement indisponible. Veuillez renouveler votre appel ultérieurement

Vous connaissez le syndrome du clic qui fait mal ?
C’est le clic que l’on fait pour ouvrir sa messagerie électronique au retour de vacances. Celui qui efface tous les bénéfices d’une période de congés parce que l’on découvre les 1 300 messages nous attendent.
Tout ça parce qu’on a fait plus ou moins consciemment dans la déconnect attitude et que l’on n’a pas ouvert sa messagerie pendant tous ses congés.
Alors, tant qu’à faire dans la déconnect attitude, peut-être que l’on peut réfléchir à mettre un message d’absence suffisamment efficace pour suggérer à ses interlocuteurs d’attendre son retour pour émettre d’autres messages.
L’écriture d’un message d’absence, ce peut être tout un art si on veut s’écarter du message par défaut. Un challenge en terme d’originalité ou de ringardise à l’instar de la conception et l’enregistrement des messages pour répondeur téléphonique. En voici un petit florilège issu d’un site créé spécialement sur le sujet.

Revisiter avant le départ en congé ses abonnements aux newsletters et se désabonner de celles que l’on ne consulte pas peut participer à prévenir l’engorgement de la boite email.

Les accessoires en rupture de stock

Nous sommes désolés de vous annoncer que sur laqvt.fr nous sommes en rupture de stock des articles suivants pour la boutique que nous ne comptons pas ouvrir :

  • le modèle d’imprimante PRINT BEACH qui vous permet d’imprimer vos messages dans le sable; matériel écologique qui se recharge au soleil et n’utilise pas de consommables
  • TUBA3G qui vous permet de continuer à converser au téléphone la tête dans l’eau
  • PROJECT-XTREM pour la projection de vos emails sur paroi pendant les activités d’escalade. L’équipement se recharge directement sur la corde selon un procédé tout à fait révolutionnaire.

En fait, nous vous conseillons de partir léger en vacances et de vous abstenir de vous ruer avant votre départ dans vos magasins hightech réels ou virtuels vous proposant toutes sortes de gadgets vous invitant à rester connecté.

Nous invitons aussi les organisations à s’abstenir de fournir des cadeaux empoisonnés à leurs collaborateurs la veille de leur départ : ces cadeaux destinés à leur mettre un fil à la patte quelle que soit la distance les séparant de leur travail.

La déconnect attitude, ce n’est pas que vis-à-vis du boulot

Vous êtes à la plage, dans le train pour vous rendre à votre lieu de villégiature, au restaurant en train de siroter une boisson bien méritée, sur la place du village en train de pointer au cours d’une partie de pétanque mal engagée … et le téléphone sonne !

Alors, vous avez tout fait comme il fallait pour couper le cordon ombilical avec la maison mère, mais est-ce suffisant pour profiter de vacances reposantes ?
Bien souvent, non ! Car nous le conservons sur nous, notre téléphone portable et il nous siffle régulièrement comme un chien. Et on accourt. Il arrive même qu’on s’affole de peur de louper un appel. On se met en stress et on met en stress ceux qui nous entourent; ce qui se manifeste par des moues d’énervement ou de désolement … sachant que probablement, les personnes de notre entourage se précipiteront à leur tour sur leur propre téléphone quand il sonnera. Il ne s’agit pas d’un paradoxe, parce qu’on ne peut absolument pas comparer les situations … en toute mauvaise foi.

Vous comptez amener votre tablette avec vous ? Malheureuse, malheureux, serez-vous en capacité de résister à son pouvoir magnétique ?
Au delà de 30 minutes d’utilisation d’une tablette pour surfer ou autre, au même titre que pour l’usage de la télévision, l’être humain se plonge dans l’entropie psychique (1). En quelque sorte, c’est l’entrée dans un état proche de celui de dépression.

La vie s’accélère depuis quelques années et le temps manque pour vraiment communiquer dans notre vie quotidienne.
Alors, les vacances sont une véritable opportunité pour ralentir le tempo et se donner le temps de communiquer avec son entourage, son voisinage et toutes les rencontres que procure l’aventure des vacances.

Le téléphone portable est un « tue la communication ».

Et de ce point de vue, soyons clair : le téléphone portable, c’est un « tue la communication ». Nous avons tous forcément fait l’expérience de vouloir converser complètement avec quelqu’un absorbé par la lecture des SMS ou autres emails sur son portable. Et inversement, nous sommes probablement aussi nombreux à avoir fait subir la même chose à d’autres.

A défaut de laisser carrément son téléphone portable au domicile, donnons-nous le droit de l’éteindre et de ne pas l’apporter partout avec nous. C’est véritablement un enjeu gagnant-gagnant (sauf pour les opérateurs téléphoniques, mais j’avoue bien volontiers que j’en fais l’impasse sans état d’âme).

Offrez-vous la déconnect attitude en vacances, et revenez-nous raconter vos impressions !

Toute l’équipe éditoriale de laqvt.fr vous souhaite un été déconnecté.
Nous vous retrouvons à la rentrée.

Merci à Emmanuelle Lewartowski pour sa collaboration sur cet article

(1) Shawn Achor – Comment devenir un optimiste contagieux – page 240

photo sous licence creative commons – auteur : Novéquilibres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *