La Semaine de la Mobilité du 16 au 22/9 : articulons !

Novéquilibres : La Semaine de la Mobilité du 16 au 22/9 : articulons !
La 13ème Semaine Européenne de la Mobilité se déroulera du mardi 16 septembre au lundi 22 septembre 2014 (*). Elle s’intitule « Bougez autrement » et est coordonnée en France par le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Nous vous proposons de nous y intéresser, évidemment sous l’angle de la Qualité de Vie au Travail (QVT).

Le sujet de la mobilité présente quelques aspects exemplaires :

  • il est abordé dans une logique gagnant-gagnant
  • il concerne la frontière entre le travail et la vie personnelle,
  • il éclaire l’idée d’articulation entre responsabilités individuelle et collectives.

Je vous propose de nous intéresser particulièrement à la dimension d’articulation entre responsabilités individuelle et collectives.

Quelles sont les parties prenantes ?

L’initiative est donc européenne, coordonnée par la Direction Générale de l’Environnement et des Transports de la Commission Européenne, relayée en France par le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie (page internet dédiée).
Cette page internet invite un certain nombre de parties prenantes à organiser des évènements : Villes, collectivités, agglomérations, syndicats mixtes, départements, région, …
Une autre partie prenante est invoquée implicitement, et c’est la cible finale : la population.
Mais il faut y regarder d’un peu plus près : des initiatives sont aussi proposées aux organisations et aux salariés, ceci contribuant à l’amélioration de la QVT. C’est le cas par exemple en Aquitaine où le Club de la Mobilité co-animé par l’ADEME, la CUB (Communauté Urbaine de Bordeaux) et la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie) de Bordeaux, en association avec les agglomérations de Bayonne, Pau, Agen et Lacq–Orthez organisent pour le 4ème année le Challenge de la mobilité en Aquitaine. Ce challenge se déroule le 18 septembre 2014.

Quels rôles et quelle articulation ?

Quand on évoque le terme « articulation entre responsabilités individuelle et collectives », bien souvent on considère qu’il s’agit d’une part de l’individu et d’autre part du collectif. Or, il faut envisager le terme « collectif » au pluriel, imagé en cercles concentriques : partir de l’équipe dans laquelle travaille l’individu, élargir le cercle jusqu’aux frontières de l’organisation puis sortir de l’organisation et élargir au petit territoire de proximité avec les autres organisations et parcourir les différentes strates des collectifs de citoyens jusqu’au niveau mondial.

Je ne dis pas qu’il faut forcément associer toutes les strates, mais à l’instar d’un principe phare de la RSE, il faut savoir se questionner sur les parties prenantes à intégrer dans la réflexion et les actions.

Regardons à la loupe l’articulation des responsabilités pour le Challenge de la mobilité en Aquitaine :

  • La Commission Européenne est à l’initiative de cette semaine de la mobilité.
  • Le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie relaye cette initiative, lui donne un nom : « bougez autrement » et incite les différentes strates des territoires à y participer.
  • Au niveau du territoire régional et local, L’ADEME Aquitaine crée un site dédié pour le challenge de la mobilité co-organisé avec la CUB (Communauté Urbaine de Bordeaux) et la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie) de Bordeaux, en association avec les agglomérations de Bayonne, Pau, Agen et Lacq–Orthez.
  • Les organisations des territoires concernés sont invitées à s’inscrire et à mobiliser leurs salariés « autosolistes » réguliers à envisager un mode alternatif. Elles sont appelées à envisager d’autres actions : promouvoir les moyens alternatifs au déplacement en solo pour les trajets domicile-travail, conforter les salariés qui utilisent les modes alternatifs, élaborer une Plan de Déplacement d’Etablissement (PDE). C’est aussi une façon de faire prendre conscience aux organisations qu’elles ont leur rôle à jouer. Bien souvent, les organisations ont des difficultés à voir en quoi elles peuvent agir en la matière et renvoient par défaut à la responsabilité de l’individu et à la responsabilité des pouvoirs publics.
  • Les salariés (plus largement, il faut comprendre « les personnes employées par ces organisations ») sont invités à se mobiliser, à parler de l’initiative autour d’eux et le jour J (18 septembre), de venir au travail autrement que seuls dans leur voiture. Dans la mesure où il s’agit de se challenger gentiment entre les organisations inscrites, il leur est demandé d’enregistrer sur le site l’action qu’ils ont menée en la matière pour participer au score de leur organisation.

Une approche non stigmatisante et pragmatique

Je veux souligner le côté particulièrement non stigmatisant et pragmatique de cette Semaine de la Mobilité. En effet, il ne s’agit pas de culpabiliser les automobilistes qui se déplaceraient seuls dans leur voiture et en particulier pour des trajets qui pourraient être réalisés autrement, tout aussi efficacement.
Cette initiative veut faire prendre conscience aux individus de l’existence de modes alternatifs et que dans certains cas, nos automatismes, notre addiction à la voiture et le chemin de moindre résistance nous amènent à prendre le volant en solo alors que d’autres solutions sont possibles dans une logique gagnant-gagnant :

  • moins de pollution créée,
  • plus d’activité physique, ce qui participe à notre bonne santé (trajet réalisé en vélo ou à pied),
  • des modes alternatifs qui peuvent faciliter la création de liens (par exemple en pratiquant le covoiturage),
  • des économies potentielles,
  • une meilleure QVT car évidemment, il ne faut pas oublier les impacts de modes de transport plus doux qui nous mettent dans un état plus serein, moins fatigué voire plus vif pour démarrer notre journée de travail.

La cerise sur le gâteau : une initiative qui dépasse les frontières de l’Europe

Argentine, Brésil, Canada, Equateur, Japon, Russie, Taiwan, Turquie et Vietnam participent à cette Semaine de la Mobilité. Un phénomène de contagion qui s’opère pour un sujet qui vise à préserver notre environnement au niveau planétaire.

Alors, mesdames, messieurs, lecteurs de cet article je vous souhaite une bonne semaine de la mobilité et vous invite à y participer tant que faire se peut à la fois individuellement et aussi le cas échéant en soutenant ou initiant un évènement dans votre organisation.

Ci-dessous, les vidéos proposées par le le Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie à l’occasion de cette semaine (playlist de 8 vidéos) :

(*) une semaine en mobilité jusqu’aux bouts des ongles, puisqu’elle démarre un mardi et se termine un lundi. Mais il y a une logique : elle s’achève par la journée « En ville, sans ma voiture ! » le lundi 22 septembre 2014.

photo sous licence creative commons – auteur : JJsala

Olivier Hoeffel

Responsable éditorial de laqvt.fr Associé et responsable exécutif de Novéquilibres Associé de La Manufacture coopérative Auteur du blog lesverbesdubonheur.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.