Osez pandiculer !

Novéquilibres : Osez pandiculer
La pandiculation, voilà bien un geste de convivialité que l’on peut s’autoriser et favoriser mutuellement. La pandiculation, au programme donc du mois de la convivialité.

Il est très mal perçu de pandiculer dans le monde du travail. Synonyme de paresse c’est une honte, un manque d’éducation, un acte irrespectueux vis-à-vis de la hiérarchie ou des collègues (qui en meurent d’envie…).

Et pourtant, qui n’y a pas pensé ? quand le travail est trop stressant, quand la charge est trop lourde, que l’ambiance est maussade et que vient l’envie de s’éclipser discrètement pour se le permettre et reprendre le boulot en pleine forme, ou en meilleur état.
Qui se l’autorise ? Peu de monde. La crainte est que le message reçu soit : je m’ennuie, ou j’en ai marre, ou encore j’ai envie d’aller me coucher, j’ai fait la nouba toute la nuit, je manque de sérieux…

Sacha Guitry a dit : « Je suis si fatigué que je bâille en dormant ».

Parfois l’éducation éloigne l’individu de ses besoins fondamentaux, et il est incongru de pandiculer, alors que c’est un état naturel ! C’est comme se moquer de quelqu’un qui marche sur ses pieds en pensant qu’il doit le faire sur la tête, ou d’un autre qui respire par le nez au lieu de le faire par les oreilles…
Les bébés, les petits enfants, la plupart des animaux pandiculent, ils ont moins de résistance, de bloqueur, de contrainte sociale et sont davantage en lien avec les rythmes physiologiques. Le comble est que lorsque l’animal de compagnie pandicule, le maître s’attendrit, se déstresse et se calme en prenant le temps de le voir faire, lui qui, tout au long de la journée, s’en est empêché. Mauvais calcul, car celui qui pandicule au travail rentre chez lui plus détendu, tranquille, de meilleure humeur, et, dans la journée, a été plus efficace et vigilant. Les bénéfices en sont multiples, tant pour l’entreprise que pour le salarié. Rentabilité, efficacité, moins d’absentéisme.

Quand par hasard quelqu’un pandicule spontanément, les voisins voisines sont contaminés et c’est comme une chaîne pandiculante qui s’anime. La pandiculation est communicative, fédère. Hélas, le tout s’interrompt quand un des participants est rattrapé par les croyances et se raidit, s’offusque, et casse cet élan positif. Tout le monde est alors gêné, frustré, et la cohésion du groupe s’en ressent. Si un rebelle ou un distrait continue seul, il risque d’être mis à l’écart par ceux qui se sont contenus.

C’est pourtant l’intelligence corporelle qui agit, plus fine que celle du mental bien souvent verrouillé, et lui permet de se libérer. Il suffit de laisser faire, de ne pas résister et de profiter pleinement de ce moment privilégié.
Si l’entourage, chef, collègue, partenaire, employé, famille, ami s’en étonne, se révolte, juge, il suffit d’expliquer que l’humain a besoin de pandiculer pour préserver l’intégrité fonctionnelle du système musculo-squelettique. Avec un simple mouvement qui consiste à étendre les bras en haut en renversant la tête, et le tronc en arrière tout en allongeant les jambes et en bâillant (première conférence internationale sur le bâillement à Paris en 2010). Action qui a pour fonction la maintenance et la restauration neuro-fonctionnelle en activant le contrôle du tonus musculaire et son feed-back proprioceptif.

Cela n’est pas rien, et pandiculer est tout sauf une perte de temps :

  • prévention des troubles musculo-squelettiques. Les TMS représentent un grave problème de santé au travail partout dans le monde et touchent plusieurs millions de travailleurs en Europe ;
  • restauration de la vigilance, puisque le bâillement la stimule. Paramètre de sécurité ;
  • augmentation de l’empathie avec le phénomène de contagion, si quelqu’un commence, l’autre suit et le lien se crée…

Si vous voulez approfondir le sujet, allez sur le site du baillement.com.
Pandiculer 250 000 fois au cours d’une vie est normal. Pourquoi se faire du mal en allant contre sa nature la plus profonde ? Plus de crainte d’être mal vu, permettez-vous de le faire, de le vivre, de le déguster, d’en bénéficier et de le partager.

ALORS, OSEZ, OSEZ, OSEZ PANDICULER !

Retrouvez notre dossier sur le mois de la convivialité.

photo sous licence creative commons – auteur : xLazurite

Caroline Rome

Caroline ROME est spécialisée dans le sommeil et la vigilance, les rythmes, membre du comité éditorial de laqvt.fr, associée de Novéquilibres, attachée au Centre du Sommeil de l’Hôtel-Dieu à Paris, membre de l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.