Novéquilibres : Résultats du baromètre QVT dans l'ESS

Novéquilibres : RHNovéquilibres : CommunicationNovéquilibres : Santé / Bien-vivreNovéquilibres : Environnement

Chorum, la mutuelle de protection sociale complémentaire des acteurs de l’ESS (Economie Sociale et Solidaire) présentait le 3 février 2014 les résultats du baromètre sur la QVT (Qualité de Vie au Travail). Voici quelques enseignements de ce baromètre.

Nous vous avions annoncé le 30 septembre 2013 l’initiative de Chorum, en invitant les acteurs de l’ESS à y participer : Prendre la température de la QVT dans l’ESS.

Ce baromètre national sur la QVT dans l’ESS a été réalisé avec CSA en partenariat avec le Ministère chargé de l’Economie Sociale et Solidaire et de la consommation. Il bénéficie également du soutien de l’ANACT, des principales fédérations d’employeurs et organisations de salariés du secteur ainsi que des grands mouvements nationaux et régionaux de l’ESS.

Le slogan de cette initiative : « Mon travail est ESSentiel, j’en parle ». Parler de son travail, s’exprimer sur son travail, c’est en effet une des idées clés de l’Accord National Interprofessionnel vers une politique d’amélioration de la QVT et de l’Egalité Professionnelle du 19 juin 2013.

La QVT pour tous, y compris pour les dirigeants

Saluons ce baromètre où tous les acteurs ont pu s’exprimer : non seulement les salariés mais aussi les dirigeants des structures de l’ESS.

Quand on interroge les dirigeants dans les enquêtes, c’est souvent pour connaître leur vision de la QVT pour les salariés.

Ici les dirigeants sont interrogés aussi sur la perception de leur propre QVT.

Cela nous semble tout à fait sain et pertinent de considérer que les dirigeants ont droit aussi à s’intéresser à leur propre QVT et que collectivement dans l’organisation le sujet de la QVT puisse être adressé quels que soient le ou les rôles joués par les individus qui la composent.

La QVT en fonction du contexte

Sur une échelle de 1 à 10, la QVT moyenne mesurée dans ce baromètre est de 6,3/10 à comparer à la moyenne nationale de 6,1/10 mesurée à l’occasion de la dernière semaine de la QVT organisée par l’ANACT (1).

Voici les éléments de contexte qui font que les personnes sont plus satisfaites de leur QVT :

  • participer au projet de la structure (7,5/10); 44% des salariés sont concernés
  • être dirigeant (7,4/10)
  • participer au choix du matériel (7,3/10)
  • recevoir un soutien satisfaisant de son manager dans les situations difficiles (7,2/10); c’est le cas de 56% des salariés
  • être dans une coopérative (7/10)
  • faire partie d’une structure favorisant des échanges réguliers sur le travail (6,8/10)
  • être cadre (6,6/10)
  • être dans une structure de moins de 20 personnes (6,6/10)

Inversement les éléments de contexte défavorables pour la QVT sont :

  • ne pas recevoir un soutien satisfaisant de son manager dans les situations difficiles (4,6/10);  c’est le cas de 28% des salariés
  • ressentir une gêne physique (5,3/10)
  • être dans une structure de plus de 500 personnes (5,5/10)
  • être dans une fonction de production (5,6/10)
  • avoir connu une fusion ou un regroupement (5,8/10)

Un ressenti de dégradation de la QVT

46% des salariés ressentent une dégradation de la QVT ces dernières années (tendance en ligne avec le sondage de l’ANACT : 48%).

32% des dirigeants ont aussi cette perception.

Si ce baromètre ne permet pas directement de mettre en évidence les dimensions sur lesquelles la QVT se dégrade, on peut néanmoins tenter de croiser ces résultats sur le sujet  avec d’autres fournis dans le même baromètre :

  • Les salariés non cadres sont 54% à être confiants dans leur avenir professionnel (contre 67% pour les cadres et 82% pour les dirigeants); dans le cas de fusion,  seuls 1/3 des salariés se trouvent rassurés pour leur emploi dans ce contexte
  • 73% des dirigeants se sentent constamment sous pression (ce qui constitue un risque psychosocial) et 59% jugent leur charge de travail excessive.

Attachement à l’ESS

Les personnes ayant répondu au questionnaire souhaitent massivement continuer à travailler dans l’ESS (85% pour les salariés et 92% pour les dirigeants).
Ils trouvent un sens dans leur travail (80% pour les salariés et 94% pour les dirigeants) à la fois en terme d’utilité vis-à-vis des bénéficiaires ou clients et à la fois en terme de contribution à la mission de la structure qui les emploie.

 

Retrouvez l’ensemble des résultats dans les deux documents suivants :

Le baromètre sera actualisé tous les trois ans et donnera lieu à un suivi de l’évolution de la QVT au sein de l’ESS.

(1) notre article sur les résultats du sondage TNS-Sofres pour l’ANACT – Semaine de la Qualité de Vie au Travail 2013

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *