Novéquilibres : Autonomie et dépendance

Novéquilibres : RHNovéquilibres : CommunicationNovéquilibres : Santé / Bien-vivreNovéquilibres : Environnement

Depuis longtemps j’ai dans l’idée d’écrire un article intitulé « Coup de gueule contre l’autonomie ». Et puis je me suis dit, je ne peux pas faire ça, il faut d’abord traiter les bienfaits indubitables de l’autonomie pour la Qualité de Vie au Travail (QVT). Nous l’avons tous fait peu ou prou dans nos articles, mais Caroline Rome a eu la bonne idée de traiter l’autonomie dans un article à part entière. Je peux désormais introduire les nuances et les conditions nécessaires pour que l’autonomie soit accessible à chacun sans être un frein mais plutôt un levier pour le collectif.

Si l’autonomie apporte indéniablement une meilleure qualité de vie au travail pour les personnes qui peuvent en jouir, elle ne représente pas moins une longue injonction sociale tout au long de la vie, qui peut être discutable. De l’enfance jusqu’à la vieillesse, en passant par les événements heureux ou non de la vie, la quête d’autonomie est un must. En effet, elle fait partie des compétences à acquérir, de plus en plus tôt dans l’enfance et de plus en plus vite ! A l’autre bout de la vie, le spectre de la perte d’autonomie se profile, nous concerne aussi à différents titres. Je voudrais éclairer quelques points de nuances qui me paraissent essentiels.

 

L’autonomie induit de la dépendance

A l’instar d’Alexandre Jollien(*),

Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire d’effort pour être autonome, mais l’autonomie ne me paraît pas un but en soi. Le plus important est de prendre sa place dans la société, fût-ce avec l’aide des autres.

Dépendance et Autonomie sont antagonistes mais néanmoins complémentaires : on est autonome en voiture mais dépendant de la clé de contact. Gérer soi-même son agenda nécessite une mémoire d’éléphant, un minimum de sens de l’organisation, de temps, et désormais au lieu d’avoir recours à une assistante bien vivante, c’est d’un outil numérique dont on dépend, un objet connecté, intelligent, mobile… lui-même d’autonomie et même de durée de vie variables. Sommes-nous plus autonomes ? A-t-on gagné plus de temps lorsqu’un incident se produit et qu’il faut plonger dans la forêt des Foires Aux Questions (FAQ) ? Bien des organisations l’ont compris et les êtres humains commencent à revenir derrière les combinés téléphoniques ! Toujours est-il que pour accéder à l’autonomie, on est dépendant de toutes sortes de choses ou de personnes. Ne serait-ce que pour apprendre à être autonome.

 

L’autonomie, ça s’apprend

On ne naît pas autonome, on le devient. L’enjeu est d’acquérir la compréhension du contexte dans lequel on peut agir, la motivation pour vouloir agir, les compétences pour être en mesure d’agir, et la confiance pour se lancer, sans crainte des conséquences si son action est à remettre en question, à reconsidérer, à corriger. Le mode d’emploi (son accès) est alors primordial.

L’enfant, tout petit, veut faire tout seul : « Même moi » disait ma petite cousine à sa mère (comprenez « je le fais moi-même, toute seule ») à l’âge d’un an, marchant depuis peu mais assez sûre d’elle pour dévaler une pente escarpée à la poursuite d’un chaton. Ensuite, à l’école, l’autonomie est une compétence à acquérir, et comme dans tout apprentissage, la mise en confiance, le droit à l’erreur, la répétition sont souvent nécessaires avant d’arriver à « faire tout seul ». C’est dès ce moment que l’esprit d’entraide est à hisser plus haut que l’esprit de compétition. L’amour propre est alors à manipuler avec dextérité, l’entraide et les petits progrès à récompenser, les comparaisons à faire à la seule condition de donner le droit d’imiter puis d’innover, et enfin l’intérêt collectif de l’évolution de chacun à faire découvrir.

 

L’autonomie et le collectif

S’il faut se donner et se soumettre à sa propre loi pour être autonome (de la racine grecque nomos, loi), au bout d’un moment le risque est de tourner en rond entre soi et soi. L’autonomie ne se considère pas sans une certaine dépendance au.x collectif.s. En effet, libérer les forces créatrices d’un collectif est un savant mélange d’actions et d’initiatives individuelles, et de recherche de cohérence avec le groupe, sans quoi les leaders – plus ou moins volontaires – peuvent s’essouffler, et les suiveurs – plus ou moins volontaires également – s’encroûter… J’avais traité ce sujet dans un précédent article sous l’angle de la juste conscience : être à sa juste place. A la longue, personne n’est satisfait, et c’est un euphémisme de dire que la performance du collectif risque de ne pas être au rendez-vous !

Pour vivre autonomes, vivons dépendants

C’est paradoxal, je vous l’accorde. Même un peu provocateur… Néanmoins, je ne démordrai pas du fait que dans un collectif, la créativité, les initiatives nécessitent des allers-retours avec les autres membres. Même si le cadre peut être mouvant, l’implication de tous les membres dans ce cadre est garante d’une cohésion et d’une participation plus large, équitable, bienveillante, sollicitant et reconnaissant les apports de chacun. Il est bien souvent nécessaire de sortir du cadre pour créer du nouveau, mais de là à faire cavalier seul… En réalité nous sommes tous interdépendants, l’autonomie de chacun n’est pas synonyme d’indépendance absolue. Pour vivre autonome, vivons dépendants !

Responsabilités individuelles et collectives

Chaque salarié doit avoir les coudées suffisamment franches pour être en mesure d’agir par soi-même. Si cet espace n’est pas ménagé dans la culture de l’entreprise, les moins affirmés ne s’élancent pas, les plus respectueux de l’esprit collectif se brident. A contrario, les plus affirmés jouent des coudes pour s’élancer coûte que coûte, et les plus individualistes ne sont pas en reste. Une atmosphère peu propice à la QVT, ni à la performance de l’organisation. Quelques unes des conditions nécessaires à installer collectivement dans l’organisation pour que chacun puisse s’épanouir en autonomie sans tuer le collectif : la coopération et la confiance, l’ouverture aux propositions, la non exigence d’excellence, le respect du droit à l’erreur, l’incitation à la remise en question, et sûrement la sensibilisation à la finalité du travail collectif.

 

(*) Cf une interview du philosophe à propos de son enfance en institution pour personnes handicapées, liberation.fr, janvier 2004

3 commentaires

Ecrire un commentaire»
  1. […] Depuis longtemps j'ai dans l'idée d'écrire un article intitulé "Coup de gueule contre l'autonomie". Et puis je me suis dit, je ne peux pas faire ça, il faut  […]

  2. […] Autonomie et dépendance. Depuis longtemps j’ai dans l’idée d’écrire un article intitulé « Coup de gueule contre l’autonomie ». Et puis je me suis dit, je ne peux pas faire ça, il faut d’abord traiter les bienfaits indubitables de l’autonomie pour la Qualité de Vie au Travail (QVT). Nous l’avons tous fait peu ou prou dans nos articles, mais Caroline Rome a eu la bonne idée de traiter l’autonomie dans un article à part entière. Je peux désormais introduire les nuances et les conditions nécessaires pour que l’autonomie soit accessible à chacun sans être un frein mais plutôt un levier pour le collectif. […]

  3. […] dominer de façon servile par une autorité extérieure. Technologie[modifier | modifier le code] Autonomie et dépendance. Depuis longtemps j’ai dans l’idée d’écrire un article intitulé « Coup de gueule contre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *