Notre compilation de l’été 2016 … Partie 2 : Comment aborder la QVT

Novéquilibres : Notre compilation de l'été 2016 ... Partie 2 : Comment aborder la QVT

Novéquilibres : RHNovéquilibres : CommunicationNovéquilibres : Santé / Bien-vivreNovéquilibres : Environnement

C’est l’été ! Nous vous proposons à cette occasion notre compilation thématique d’articles de laqvt.fr de la saison 2015-2016 et le cas échéant des articles plus anciens, mais toujours d’actualité. La deuxième partie est consacrée aux façons d’aborder la Qualité de Vie au Travail (QVT), un concept vaste dont on ne sait pas forcément par quel(s) bout(s) le prendre.

Par quel bout prendre la QVT en cette rentrée ?, tel a été notre premier article de la rentrée scolaire 2015/2016.

Dans le début de cet article, Olivier Hoeffel rappelle très brièvement l’historique de ce concept. Historique qu’il a développé en avril 2016 dans l’article sous forme d’animation Parlons QVT et pyramide. Caroline Rome remonte encore plus loin dans l’histoire puisqu’elle nous ramène à la préhistoire dans une chronique décalée intitulée La QVT au travers des âges

Les deux premiers articles mettent en avant l’idée d’investir et de développer la Qualité de Vie au Travail à travers 4 grandes orientations :

  • Ma QVT : mon rôle pour m’approprier le concept de QVT et agir sur ma propre QVT
  • Ta QVT : porter intérêt et attention aux personnes que je côtoie au travail, qu’elles fassent partie de mon organisation ou qu’elles soient externes
  • Notre QVT : mon rôle de co constructeur d’une meilleure qualité de vie au travail collectivement
  • La QVT : mon rôle de citoyen pour améliorer la QVT au niveau sociétal et promouvoir le concept

On peut ajouter une cinquième orientation selon la façon dont on comprend le rôle par rapport aux acteurs externes (clients, fournisseurs, partenaires, …) : Leur QVT. Dans une vision très intégrative en mode RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises), « Leur QVT » pourrait être assimilé à « Notre QVT » et dans une vision peu intégrative, « Leur QVT » pourrait être entendu comme « La QVT ». Adopter cette 5ème dimension appelle à investir le concept de la QVT comme il l’est présenté dans l’ANI vers une politique d’amélioration de la QVT et de l’Egalité Professionnelle : la QVT fait partie d’un ensemble plus vaste : la RSE. En convenant en sérieux bémol que, si c’est effectivement potentiellement une idée forte de l’ANI, en revanche, cette vision intégrative est rarement abordée dans les faits.

Nous sommes convaincus que la QVT nécessite de partir de soi (Ma QVT), d’autant plus pour les acteurs de la QVT. Nous reviendrons sur l’aspect de congruence à la rentrée.

Dans un même élan, il s’agit de faire jouer l’effet miroir (Ta QVT) qui appelle à l’attention réciproque. Ce terme est souvent utilisé pour promouvoir l’idée que l’on prenne autant de soin des salariés que des clients. Notre conception est plus vaste puisque l’attention réciproque permet de porter intérêt à autrui, de prendre soin de lui qu’il soit coéquipier ou coéquipière, responsable hiérarchique, collègues, …

L’orientation « Notre QVT » porte haut les valeurs de la coopération. Co construire la QVT de manière coopérative permet aussi d’expérimenter d’autres façons de travailler ensemble, à la fois sur le côté opérationnel du travail que sur la vie au travail; donc en y intégrant plus de mode coopératif et de mode collaboratif, favorisant plus de responsabilité, d’autonomie et mettant plus l’individu en acteur de prises de décision.

Ces 4, voire 5 orientations nécessitent bien de trouver la juste articulation entre la responsabilité individuelle et les responsabilités collectives. Telle est l’idée centrale que nous promouvons et relayons régulièrement sur laqvt.fr.

Une juste articulation qui ne se décrète pas, qui ne se met pas en place d’un claquement de doigt. C’est bien la raison pour laquelle la volonté délibérée, la confiance, l’expérimentation, l’appréciation, la reconnaissance, la persévérance et l’humilité nous semblent des ingrédients bien nécessaires.

Pour aborder efficacement la QVT, il convient d’en comprendre le sens. Dans l’article Quel sens donner à la QVT ?, Olivier Hoeffel s’appuie notamment sur les travaux de conceptualisation de Gilles Dupuis et Jean-Pierre Martel (1) pour donner un sens à la QVT avec 5 idées :

  1. Notre QVT, ce sont les conditions objectives de notre vie au travail, filtrées par nos perceptions. Il y a donc à la fois un côté objectif et un côté subjectif à la QVT
  2. Nos aspirations et attentes sont multiples par rapport à notre vie au travail. Il y a donc pour chacun.e une combinaison hiérarchisée de déterminants (intérêt du travail, ambiance, charge de travail, reconnaissance, rémunération, relationnel, harmonie entre les sphères de vie, trajet, …). A noter que certains déterminants sont explicites, d’autres peuvent être implicites
  3. Nos aspirations et attentes sont confrontées à la réalité du moment. Pour un déterminant donné, plus l’écart entre réalité et attente sera petit, mieux on va se sentir.
  4. Dans le temps, nos conditions de vie au travail évoluent (amélioration, dégradation, stagnation). La dynamique joue.
  5. Ne soyons pas surpris, voire désarçonnés de ressentir notre QVT de manière confuse et contrastée. La QVT est un objet complexe et l’on peut à la fois se sentir bien dans sa vie au travail pour certains aspects et moins bien, voire mal pour d’autres aspects. La QVT n’est décidément pas binaire et on ne peut pas forcément facilement se positionner entre « ma QVT est bonne » ou « ma QVT est mauvaise ».

Bonne lecture, bonne QVT et bonne Qualité de Vie.

Les autres articles de la série sont :

(1) Jean-Pierre Martel est chercheur au LEPSYQ et professeur au Collège Gérald-Godin; Gilles Dupuis est professeur de psychologie à l’UQAM et Président-directeur général du Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *