Conférence « Entreprise et convivialité » le 11 décembre 2012

Novéquilibres : titre de l'article
Nous avons assisté Sophie Courmont et moi-même à la 18e convention de l’association Entreprise et Convivialité qui s’est déroulée le 11 décembre dernier dans la salle de spectacle somptueuse du non moins remarquable Musée Dapper à Paris. Philippe Detrie, cofondateur et délégué général de l’association a animé avec une bonne humeur non feinte cette matinée où les intervenants ont témoigné de l’apport que l’art peut générer dans le milieu professionnel. 

Un lieu d’exception

Rémy Pécot, responsable Evénements du Musée nous accueille dans la salle dédiée, dont l’acoustique permet à la plupart des intervenants de se passer de micro, conférant à l’événement une atmosphère presque intimiste. Jugez-en vous-même via le non moins chaleureux site web du musée.

Hommage est rendu à Michel Leveau, fondateur de la fondation privée Olfert Dapper dont est issu le musée parisien depuis 1986.  Décédé il y a moins d’un mois au Sénégal sur l’île mythique de Gorée, lieu hautement symbolique de l’histoire de l’esclavage, où il préparait deux expositions d’art traditionnel « Masques » et contemporain « Mémoires », Michel Leveau avait en effet à coeur de mettre en avant toutes les représentations de l’expression artistique africaine et de la diaspora. Le musée Dapper présente une exposition unique annuelle sur un thème (aujourd’hui le design en Afrique, s’asseoir, se coucher et rêver… que nous avons eu la change de visiter) ou un peuple (les  Dogon avaient déplacé environ 100 000 visiteurs). Le spectacle vivant tient une place de choix dans la programmation. D’ailleurs, en fait de spectacle vivant, nous avons été convié à participer ! mais maintenons le suspens quant à notre performance artistique…

Comment l’art introduit-il de la convivialité dans les organisations ?

D’après son exploration du concept de convivialité à travers la littérature française, Thibault Germaix(1) en développe méthodiquement les trois axes :  la convivialité tient davantage du ressourcement que de la mobilisation ; de la régulation, de l’équilibre social opposé au narcissisme ; et enfin de l’abandon provisoire et gratuit du pouvoir individuel pour une conversion en énergie collective. De quoi asseoir l’objet de l’association Entreprise et Convivialité.

Quel rôle l’art joue-t-il alors dans ce contexte ?

Qu’elles soient créées lors d’un atelier de créativité ou par d’illustres artistes, exposées temporairement ou intégrées durablement dans les locaux des organisations, les créations artistiques agrémentent l’espace de travail en introduisant du beau qui produit un sentiment de bien-être, un lieu d’expression, un moyen d’affirmation, une occasion d’argumenter et parfois même un sentiment d’appartenance. Mais si les oeuvres ne sont pas du goût de tout le monde me direz-vous ? Hé bien discutables, elles seront discutées ! Favorisant ainsi la pensée et le dialogue entre les personnes, une ouverture de chacun à l’appréciation de l’autre, exposant arguments comme émotions, qu’on laisse ainsi évoluer dans les organisations.

Plaisir du partage

Ce qui ressort de façon très flagrante des actions exposées – et vécues – lors de cette matinée, c’est la mobilisation par le plaisir du partage. En effet, les intervenants, organisateurs comme bénéficiaires expriment le bonheur de partager leurs diverses passions artistiques : ne sont pas passés inaperçus le sourire éclatant de Barbara Albasio (2),  l’émotion plus discrète mais palpable de Patricia Perdrizet (3), l’entrain de Valérie Moati (4) ni l’affirmation plus maîtrisée d’Emmanuel Sauvage(5) pour qui l’art se montre, se partage, produit de la cohésion en interne, et de la fierté d’appartenance, outil naturel de communication externe. Pour lui, l’entreprise est donc le lieu par excellence d’exposition des œuvres qu’il possède ou celles d’artistes qu’il promeut. L’art permet de s’étonner, de s’entraîner à regarder, rend curieux, permet d’échanger, produit de l’émotion : « l’oeil se pose, se repose ».

Focus sur une initiative : l’association TEM chez AXA

TEM, Talents En Mouvement, est le nom de l’association fondée en 2008 et dont le bureau est composé d’artistes collaborateurs chez AXA. Son but est de promouvoir, accompagner et diffuser la production artistique issue des talents et passions de ses adhérents. Elle investit notamment les espaces dont bénéficient six mille salariés à Nanterre.

Valérie Moati est la seule salariée à plein temps de l’association. Elle relate la richesse de cette aventure tant par l’expérience de la coopération gracieuse dans tous les sens du terme car souvent enthousiaste de ses collègues (logistique et transport, outils de communication,…) selon leurs disponibilités, le professionnalisme acquis peu à peu, la participation accrue des adhérents, et les retours qu’elle a des événements qu’elle coorganise ainsi. En témoignent les regards et sourires dont elle est gratifiée dans le RER sur le trajet qu’elle partage avec des salariés d’AXA qui la reconnaissent, ou l’air de rock qui perdure dans l’ascenseur le lendemain de l’organisation d’un concert. Des messages de remerciement, la reconnaissance et la gratitude des salariés (« merci ! c’est une bouffée d’oxygène ! », « un rayon de soleil »!) encouragent l’association et ses adhérents.

Voici quelques exemples d’événements impliquant des adhérents de TEM, donc salariés d’AXA (pour d’autres compétences) : un défilé de mode organisé pour une collection créée par une styliste et vingt mannequins, des expositions de peinture, de sculptures, de photographies, une chorale, …un pompier russe a même chanté avec un guitariste de musique manouche ! Si tout est créé gratuitement et hors temps de travail, il n’est pas rare que des ventes d’oeuvres s’ensuivent. Mais c’est surtout la richesse des liens qu’engendrent ces événements qui ressort : partager ses passions, se rencontrer, se découvrir autrement.

TEM est née de l’élan d’un collectif restreint de quelques salariés, et non de la hiérarchie. Mais celle-ci y croit puisqu’elle fournit un budget. L’association compte aujourd’hui à son actif une trentaine d’événements, toutes régions depuis 2011 avec notamment une exposition itinérante de trente oeuvres sur tous les sites d’Axa. Le programme pour 2013 est déjà complet et s’ouvre à l’international.TEM se déclare aujourd’hui au service du mieux-vivre au travail.

Espace-temps de l’art dans l’entreprise

C’est souvent hors du temps de travail, mais pas exclusivement que Culture et Compagnie organise des événements à la demande de ses clients. Ainsi, Alexandre Szwarcberg, du cabinet Advancy nous expose la demande qu’il a faite à Eric Castelnau pour faire entrer l’art dans ce cabinet de consultants très mobiles et exigeants, dans un souci clairement déclaré de qualité de vie au travail. Ainsi, des conférenciers spécialisés sont venus présenter l’exposition parisienne du moment à l’aide d’un powerpoint entre 12h et 14h. Certains ont profité de l’événement pour compléter leur visite en réel de l’exposition, d’autres ont découvert et partagé la passion de leurs collègues, la pause sandwich associée a permis des échanges informels et une convivialité que ces consultants pressés ne s’autorisent que très rarement.

En revanche, c’est bien dans le temps de travail que Barbara Albasio organise des ateliers de 1 à 3 heures ou davantage pour mettre en oeuvre une co-création d’oeuvres d’art par les salariés. Emmanuelle Martin (6) a monté un parcours de formation sur le fil conducteur de la prise de parole en public, faisant appel à un professeur de théâtre et un coach vocal suite à une profonde restructuration de l’organisation. Des pièces de théâtre et chansons ont été créées et présentées, ont participé le comité de direction, les managers, les consultants… Un autre sujet sur l’écoute active a été illustré par un atelier tango auquel ont participé trente managers.

En 2006, Caroline Dubar (7) a souhaité revisiter le séminaire d’intégration dans l’objectif d’accueillir les nouveaux entrants en visant la fierté d’appartenance à l’entreprise, et la convivialité pour encourager les échanges et créer du lien. L’Art en Direct (8) organise pour les nouvelles recrues des ateliers de créativité d’une heure et demie à deux heures par groupe de 15 comprenant la découverte d’un artiste, un brainstorming, une création collective et une restitution. Depuis sept ans, environ quatre vingt oeuvres d’art créées par les salariés, majoritairement des toiles mais aussi des totems sont intégrées dans l’entreprise, embellissent le parking et les espaces de formation, créent du lien bien au-delà du service de chacun.

Entreprise et Convivialité

J’veux d’la vie, d’la joie, de la bonne humeur…

Depuis ses débuts, laqvt.fr consacre une place privilégiée à la convivialité ainsi qu’à l’art dans sa rubrique Culture. En effet, l’expression artistique, pourvoyeuse de représentations, de beauté, de pensée, de dialogue s’interroge, s’admire, fournit une occasion de faire société, et transforme. Elle est donc pourvoyeuse de qualité de vie au travail. À Novéquilibres, nous en sommes convaincus. Ainsi, le professeur Bossondur rythme en chair et en os certaines de nos animations, nous utilisons la médiation culturelle par l’écriture et la lecture plurielles, le collage, l’art culinaire, l’improvisation théâtrale pour traiter des diverses dimensions de la qualité de vie au travail.

Merci aux membres de l’association, et notamment à Aurélie Viet, d’avoir organisé cet événement dans un lieu et sur un mode pleinement congruents ! Nous avons en effet clos la matinée en chansons, les unes issues de la comédie musicale d’Hervé Sérieyx et Philippe Détrie « Les bienheureux de la marge brute » ; la dernière, nous l’avons entonnée sous la direction de Guylène Charmetant (9) et sur l’air de la chanson « Je veux » de la chanteuse Zaz. Un refrain résolument QVT a eu raison des couplets à tendance plutôt RPS, et ce spectacle vivant nous a fait permis de quitter la salle avec une énergie résolument positive.

Retrouvez des interviews sur le site de l’association, et participez au concours Illustrez la convivialité pour gagner une entrée à la prochaine convention.

 

(1) Thibault Germaix est professeur de lettres à l’école Sainte Geneviève
(2) Barbara Albasio est la fondatrice de Sensi, Ateliers Arts et Sens
(3) Patricia Perdrizet est la directrice de l’association Un sourire de toi et j’quitte ma mère, organisatrice entre autres de l’exposition « Au Boulot » dans le cadre de l’événement (Be)au boulot à la Maison des Métallos, dont nous avons relaté l’expérience d’un spectacle largement participatif (voir notre article Fête du Travail).
(4) Valérie Moati est la présidente de l’association Talents en Mouvement d’Axa
(5) Emmanuel Sauvage est collectionneur d’oeuvres d’art et fondateur de la startup Aliuta.
(6) Emmanuelle Martin est responsable développement RH de VWR
(7) Caroline Dubar est chargée de formation à BNP Paribas Cardif
(8) Pascale Cayla est la fondatrice de « l’Art en direct »
(9) Guylène Charmetant est chanteuse, chef de choeur et maître de conférence à HEC sur le thème de la cohésion d’équipe par le chant. Elle a une trrrès jolie voix !

photo sous licence creative commons – auteur : Novéquilibres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.