Novéquilibres : Etre aidant et travailler

Novéquilibres : RHNovéquilibres : CommunicationNovéquilibres : Santé / Bien-vivreNovéquilibres : Environnement

Les personnes aidant un proche dépendant sont plus de 8 millions en France. Environ la moitié ont une activité professionnelle. Cela représente 15% de la population active. Le 5 octobre dernier, veille de la dernière journée nationale des aidants, le groupe Macif et l’UNAF ont présenté quelques aspects de la prise en compte de cette population non négligeable en compagnie de représentants syndicaux, d’experts, de représentants d’associations, et d’aidants. L’Accord National Interprofessionnel (ANI) vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et l’égalité professionnelle a été cité. Le guide à destination des entreprises, que nous avons signalé à sa sortie l’an dernier, a été à nouveau présenté. En point d’orgue, Nicolas Sirven présente les premiers résultats de l’enquête « Etre aidant et travailler », réalisée par le groupe de chercheurs auquel il appartient à la Fondation Paris Descartes. 

Focus sur l’enquête

Lancée en septembre 2014 par la Macif et portée conjointement par l’UNAF(1), elle a été confiée à des universitaires de la Fondation Paris Descartes, Nicolas Sirven, Roméo Fontaine et Michel Naiditch, qui ont élaboré les premiers résultats à partir de la littérature sur le sujet et des 370 répondants au questionnaire en ligne depuis le mois de février 2015(2). Ces aidants en emploi représentent une catégorie d’aidants plutôt méconnue.

  • Ce sont majoritairement des jeunes et des femmes, qui aident un parent (46%), un enfant (25%), un conjoint (13%), fortement limité dans les actes de la vie quotidienne (48%), et dont 2/3 perçoivent une aide financière.
  • Un peu plus de 4/5 sont en Contrat à Durée Indéterminée, et 2/3 à temps plein.
  • Parmi le tiers en temps partiel, la moitié des personnes le déclare subi du fait de l’aide.
  • Les 3/4 d’entre eux sont satisfaits de leur emploi : pour les 3/4 le travail évoque même le répit.
  • Pour 2/3, le travail est source de plaisir, et à la fois …
  • pour 2/3, le travail est source de stress
  • 58 % déclarent avoir du mal à concilier travail et obligations familiales.

Des effets sur leur propre santé, et sur leur carrière

Les effets perçus sur la santé proviennent moins du volume de travail additionné, que du manque de marges de manœuvre, de l’incapacité à planifier, distinguer, et agencer les tâches de ces deux sphères qui restent très poreuses. Les aléas empêchent 84% de salariés aidants à réduire leur niveau d’aide. Ils ont besoin de davantage de flexibilité dans leur travail professionnel. Les relations humaines dégradées avec les collègues comme la hiérarchie ont également leur influence.

Les effets perçus sur la carrière sont principalement de l’ordre d’une attitude intolérante allant jusqu’à de la discrimination, l’intolérance étant plus forte lorsqu’il s’agit de la perte d’autonomie d’un conjoint ou d’un parent âgé, que lorsqu’il s’agit du handicap d’un enfant. Un témoignage filmé, présenté lors de cette soirée à la Macif, illustre le caractère hiérarchique de cette intolérance sociale : une institutrice explique son désarroi n’ayant pas obtenu de l’Institution le mi-temps qu’elle demandait pour être en mesure d’allier l’attention nécessaire à l’exercice de son métier, et l’aide qu’elle souhaitait continuer d’apporter à sa cousine devenue dépendante.

Aussi seuls 55% se déclarent auprès de leurs collègues, 66% auprès de leur hiérarchie, et s’arrangent à 23% avec leurs collègues50% prennent des congés (RTT et congés annuels), 13% des arrêts maladie, et moins de 2% utilisent les congés légaux spécifiques.

 

Responsabilités collectives

Comment mieux aider les aidants ? A l’issue de leur enquête, les chercheurs préconisent d’améliorer leurs conditions de travail, notamment de leur attribuer davantage de flexibilité dans l’organisation de leurs tâches. D’autre part, ils soulignent le travail d’information de la part des entreprises à ses salariés sur les dispositifs légaux déjà en place. Enfin, ils évoquent la nécessité de changer les mentalités dans le monde du travail quant au regard vers cette nouvelle population, qui pourrait commencer par la mesure de la discrimination dont elle fait l’objet.

On peut remarquer qu’il s’agit globalement de recommandations assez classiques pour améliorer la Qualité de Vie au Travail (QVT) : l’octroi d’une certaine souplesse dans l’organisation du travail, donc une certaine confiance, et la reconnaissance des compétences et de la conscience professionnelle des salariés. L’encouragement à la coopération et l’entraide, par solidarité avec un membre de l’équipe, en vue de l’accomplissement d’un objectif collectif présente sans conteste de réelles opportunités de satisfaction pour toutes les parties prenantes, et de performance pour l’organisation. Celle-ci se mesurant en valeur économique ou en terme d’image. Les signataires de l’ANI vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle du 19 juin 2013 en étaient convaincus; cet accord a été étendu, des expérimentations ont commencé. Certaines sont citées dans le guide à destination des entreprises. Nous avions déjà esquissé quelques solutions dans l’article « La qualité de vie au travail… des aidants » en suivant Anna.

Un autre exemple : un congé moins spécifique pour toute forme d’empêchement éviterait la stigmatisation liée au motif de l’empêchement. Il éviterait également à la personne d’avoir à évoquer dans sa sphère professionnelle des problématiques qu’elle préférerait limiter à sa sphère intime. C’est la demande du Collectif Inter Associatif des Aidants Familiaux (CIAAF) de l’instauration d’un congé indemnisé(3) qui serait relatif à la nécessité d’une présence familiale quel que soit le lien de parenté, et qui remplacerait les 3 formes de congés spécifiques. Le projet de loi relatif à l’Adaptation de la société au vieillissement qui doit entrer en vigueur en janvier 2016 ne l’a pas encore intégré, même s’il a initié quelques avancées.

Un meilleur regard sociétal est pourtant cruellement nécessaire envers les personnes prenant en charge leurs proches dépendants. Ils sont indispensables à la société, en terme humain comme en terme économique (60% du coût de la dépendance est assuré par les aidants). Pour les organisations, les enjeux sont la non discrimination (encadrée par des lois nationales et européennes), l’égalité professionnelle, en matière de droits sociaux, de salaires, de retraites. Enfin, un enjeu capital est celui de la fidélisation, de la motivation des salariés dont le retrait ou la baisse de productivité sont des risques réels, alors que la réflexion sur une organisation du travail et un mode de management appropriés bénéficierait à toutes et tous, notamment à l’organisation.

 

 

(1) Union Nationale des Associations Familiales

(2) L’enquête continue, si vous êtes concernés, participez !

(3) ce que ne sont pas les congés spécifiques actuels. Cf l’annexe 6 du Guide à destination des entreprises pour le détail de ces 3 congés spécifiques.

 

Un commentaire

Ecrire un commentaire»
  1. […] Les personnes aidant un proche dépendant sont plus de 8 millions en France. Environ la moitié ont une activité professionnelle. Cela représente 15% de la  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *