Novéquilibres : Le petit bonheur de Catherine C.

Novéquilibres : RHNovéquilibres : Communication

Ma conviction est que les sources de petits bonheurs au travail sont multiples. Néanmoins, ma collecte a suscité un nombre de témoignages proportionnellement plus important que d’autres : ceux qui concernent la reconnaissance au travail(1). Je le reconnais. Une bonne occasion de creuser un concept si saillant dans la QVT (Qualité de Vie au Travail) à partir de ces heureuses expériences singulières. Je vous propose d’examiner un autre angle de cette attitude vertueuse à la lumière du témoignage de Catherine C..

Claire dans son second témoignage a fait ressortir la reconnaissance d’une des parties prenantes de son travail, un retour salutaire(2) pour qu’elle puisse évaluer a posteriori le travail qu’elle avait accompli sans autre point de repère que son propre jugement. Voici le témoignage de Catherine C. qui a également vécu un retour positif d’un client, partie prenante bien clairement définie dans son environnement de travail :

Il y a un mois un prospect (un laboratoire) m’appelle en me disant que mes coordonnées lui ont été communiquées par M. Giran-Blong de la société Sesmyx. Je suis flattée et très surprise, ce genre de recommandation est sans prix.

Avant de remercier M. Giran-Blong, qui se trouve être mon tout premier client (il y a 6 ans déjà), j’attends que l’affaire se fasse réellement, que celle-ci se déroule dans de bonnes conditions et que la satisfaction du client soit bien au rendez-vous.

C’est chose faite : quelques jours après la livraison de la commande, je reçois un message de remerciement de Biomed-Phény, le laboratoire prospect devenu client, qui me reconsulte pour une autre affaire. Je prends alors l’initiative de remercier M. Giran-Blong de cette mise en relation et je reçois le message suivant :

« Bonjour Madame C.,

J’ai récemment discuté avec Sayo qui m’a informé avoir pris contact avec vous.

Je suis très heureux que vous puissiez travailler également avec Biomed-Pheny et il est tout à fait normal que je vous aie recommandée à cette société, vos prestations ayant toujours été à la hauteur de nos attentes depuis la création de votre entreprise (et même quelques temps avant).

A bientôt.

Bien cordialement

Etienne Giran-Blong »

Ce que Catherine C. ne m’avait pas dit, c’est que sa relation avec son premier client restait entachée dans son esprit par une expérience difficile, quelque chose « qui s’était mal passé ». Même si elle évaluait leur relation commerciale comme bonne à 90%, ce mauvais souvenir la laissait dans un sentiment d’insécurité. Le compliment qui lui a été clairement exprimé en retour lui a fait toucher du doigt que les 10% restants étaient réellement négligeables. Et ça, ce n’est pas négligeable.

Relativiser l’importance de certaines zones d’ombre

Flattée, surprise, reconnue et rassurée, tels ont été les effets de ce petit bonheur au travail que Catherine C. a intérêt à bien ancrer en elle afin de mieux vivre les incontournables embûches liées à l’activité professionnelle, ce qui ne manquera pas d’apporter de l’eau au moulin d’une meilleure QVT au quotidien.

Comme elle, chacun peut prendre du recul en explorant son travail via le prisme des moments de satisfaction. Ceux-ci permettent de relativiser l’importance de certaines zones d’ombre, en terme de conséquences par exemple. Cela  permet de mieux gérer les émotions négatives légitimement ressenties au moment où elles surviennent d’une part, et d’autre part de rester en confiance en s’appuyant sur des réalités positives, sans projeter plus que de raison les ratés et dératés ponctuels inhérents au travail. Nous faisons souvent l’inverse…

Je terminerai en soulignant que l’expression des remerciements de Catherine C. est une marque d’attention à ne pas négliger dans tout type de relation de travail (et même de relation tout court !), qu’il s’agisse d’un contexte commercial, d’un contexte de construction de projet professionnel, d’un contexte de travail en entreprise, apprécier(3) la valeur des actes issus de son réseau nous place dans un contexte relationnel vertueux. Ce n’est pas uniquement une marque de politesse sociale codifiée : j’utilise le mot vertueux non au sens moral du terme mais bien au sens de producteur et pourvoyeur d’effets bénéfiques plus ou moins immédiats. De la même façon, M. Giran-Blong soigne également la relation avec son fournisseur(4) en lui témoignant sa confiance directement. Ce faisant, il conforte la confiance mutuelle dans cette relation et cultive un terrain relationnel favorable à un bon niveau de QVT (5).

(1) Voir l’article sur le (bon) sens de la reconnaissance
(2) Voir l’article sur le Feedback
(3) Voir l’article sur ce levier vertueux
(4) Voir son site web
(5) Voir l’article Confiance en soi, Confiance en les autres

 

Si vous souhaitez partager vos expériences positives, n’hésitez pas à adresser vos contributions à, titrées « Bourse aux petits bonheurs au travail ».

photo sous licence creative commons – auteur : luisar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *